Le patrimoine aéronautique en vedette au 5ème Carrefour de l’Air

Pour la cinquième année consécutive, le musée de l’Air et de l’Espace de Paris Le Bourget organise le Carrefour de l’Air, événement unique où des musées, associations et collectionneurs aéronautiques se rassemblent afin d’échanger, de partager leur passion et rencontrer le public.
Du vendredi 10 au dimanche 12 avril, le patrimoine aéronautique sera à l’honneur à travers cette manifestation qui se déroule en 3 temps :
Les 5e Rencontres "Collecter, conserver et valoriser le patrimoine aéronautique", un fly’in d’avions historiques et une exposition des musées et associations spécialisées dans la préservation du patrimoine aéronautique (accès libre sur les trois jours).

JPEG - 35.5 ko

Les 5e Rencontres sur le thème "Collecter, conserver et valoriser le patrimoine aéronautique" qui se dérouleront le Vendredi 25 avril de 10 h à 17 h, auditorium Roland Garros s’adressent aussi bien aux passionnés de culture aéronautique qu’aux animateurs et responsables de musées et d’association patrimoniales (amateurs ou professionnels) et aux historiens du patrimoine technique, scientifique et industriel. Elles ont pour ambition de diffuser la connaissance liée à la collecte, la préservation et la valorisation des collections aéronautiques.

JPEG - 39.5 ko

Le samedi matin, sur le mythique tarmac du Bourget, débutera le Fly-in avec la présence d’une vingtaine d’avions historiques en provenance de diverses collections, (sous réserve des conditions météorologiques). Ces avions rejoindront leurs bases le dimanche après-midi. Couvrant un champ très large, allant de l’entre-deux guerres aux années soixante, ce fly’in témoigne de l’évolution de l’aviation tant civile que militaire sur quatre décennies. La présence de ces avions, se posant et redécollant du Bourget, est significative de l’importance historique de cette plate-forme dont l’activité n’a jamais été interrompue depuis sa fondation en 1914 (terrain du camp retranché de Paris).

JPEG - 154.7 ko
© A. Fradet

Troisième pole d’attraction de ce Carrefour de l’Air 2015, la présence des associations les Samedi 11 et dimanche 12 avril, sous les ailes des deux Concorde, fleurons de la collection du musée. Chaque institution présentera ses activités, ses collections et ses trésors (objets, documents, archives, maquettes...). L’occasion pour les visiteurs de découvrir les musées et associations qui préservent, restaurent et exposent le patrimoine aéronautique en France, et d’échanger avec de nombreux passionnés. Les professionnels auront eux aussi la possibilité de se rencontrer et de discuter autour de projets communs. Le Carrefour de l’Air : un moment fort d la vie de notre Musée National !

Pratique
Du vendredi 10 au dimanche 12 avril 2015
De 10h à 18h
Musée de l’Air et de l’Espace
Aéroport de Paris - Le Bourget BP 173
93352 Le Bourget Cedex France
Accès libre
Conférences le 10 avril
Fly’in et exposition les 11 et 12 avril

Turkish Airlines : deux nouveautés à Genève, le Barça–Real live

Air-journal_Turkish Airlines_A320 neo

La compagnie aérienne Turkish Airlines opèrera cet été deux nouvelles routes vers Genève au départ d’Ankara et Bodrum, en plus de celle depuis son hub d’Istanbul. Elle a d’autre part diffusé en direct et en 4K le match de football entre Barcelone et Madrid sur 17 vols intercontinentaux dimanche dernier.

Du 2 juillet au 11 septembre 2015, la compagnie nationale turque proposera un vol par semaine entre l’aéroport de Milas-Bodrum et Genève-Cointrin, opéré en Airbus A320 pouvant accueillir 12 passagers en classe Affaires et 141 en Economie. Le vol décollera de Suisse le jeudi à 22h30 pour arriver le lendemain à 2h45, et repartira de Bodrum vendredi à 3h40 pour se poser à 6h10. Même fréquence et même appareil pour la route Ankara-Esenboga – Genève qui sera opérée du 3 juillet au 12 septembre : l’A320 partira de Cointrin vendredi à 22h30 (arrivée samedi à 2h30), avec retour de Turquie samedi à 3h45 (arrivée 6h10). Turkish Airlines sera sans concurrence sur ces deux lignes.

La compagnie de Star Alliance dessert déjà Genève depuis sa base à l’aéroport d’Istanbul-Atatürk avec trois rotations quotidiennes (elle se pose aussi à Zurich, face à Swiss et la low cost Pegasus Airlines). Elle ne propose en revanche à Bodrum que des vols depuis Atatürk, Sabiha Gökcen et Ankara ; la capitale est de son côté reliée à 14 destinations étrangères dont Paris-CDG et Bruxelles, et à 39 aéroports de Turquie.

Côté football, le match de dimanche entre le FC Barcelone (dont Turkish Airlines est sponsor) et le Real Madrid a été diffusé en direct et en 4K sur 17 vols intercontinentaux, une première pour le championnat espagnol. Les routes concernées reliaient Istanbul à New York, Chicago, Los Angeles, Sao Paulo, Vancouver, Pékin, Shanghai, Houston, Tokyo, Hong Kong, Guangzhou et Mumbai (y compris quelques vols retour).

air journal Turkish Airlines Barca Real Turkish Airlines : deux nouveautés à Genève, le Barça–Real live

http://www.air-journal.fr/2015-03-24-turkish-airlines-deux-nouvelles-routes-vers-geneve-pour-lete-5141379.html

Ce qu’il faut savoir sur le Neuron

On se souvient que le Neuron a volé pour la première fois de puis la base aérienne d’Istres le 1er décembre 2012. L’appareil représente une réponse européenne à un défi américain, qui est de mettre en vol d’ici quelques années des avions de combat sans pilote (alias UCAV, pour Unmanned Combat Air Vehicle). Il n’est pas certain que ce soit une bonne idée, une fois de plus la technique précédant le besoin, mais dans le doute, les Européens ont décidé de ne pas s’abstenir et se sont mis à courir derrière le lièvre yankee. Pourquoi pas…

JPEG - 28.3 ko
Un vol de 90 minutes a notamment placé le drone face à quatre avions simultanément
Un Mirage 2000-5 et un Mystère XX chacun équipé d’un radar RDY, un Rafale doté d’un radar RBE2 à antenne passive et un Mirage 2000B de DGA essais en vol équipé d’un RBE2 à antenne active dans sa pointe avant.
© DGA

De manière classique, l’Europe est partie en ordre dispersé, les Britanniques de BAE avançant sur leur propre projet, le Taranis. Ce qui est moins classique, et qui va à rebours de l’expérience malheureuse du Rafale et de l’Eurofighter, c’est que Dassault, maître d’œuvre du Neuron, a réussi cette fois à fédérer autour de lui d’autres partenaires européens : Alenia pour l’Italie, Saab pour la Suède, Casa pour l’Espagne, Hellenic Aerospace Industry pour la Grèce et Ruag en Suisse.

JPEG - 26.2 ko
Le Neuron est propulsé par un Adour 951, le même réacteur qui équipe le Hawk britannique.
© Dassault Aviation

Le Neuron n’est pour l’instant qu’un démonstrateur, qui préfigure ce qui pourrait être un UCAV européen à l’horizon 2030-2040. L’appareil porte sur lui tous les signes extérieurs d’une très grande discrétion radar et infrarouge. Absence de dérive, profil d’aile volante, état de surface aux petits oignons, soute à bombes etc. L’appareil mesure 10m de long pour 12,5m d’envergure, ce qui le place grosso modo dans la catégorie du Mirage 2000 (14,6m de long et 9m d’envergure) dont il partage d’ailleurs le train d’atterrissage ainsi qu’une même attitude quand on le voit au sol.

JPEG - 18.6 ko
Les 80 premiers vols effectués depuis Istres ont servi en premier lieu à ouvrir le domaine de vol du Neuron
© Dassault Aviation

Le Neuron est poussé par un réacteur Adour 951 (un réacteur qui équipe également le Hawk britannique) sans post-combustion offrant un peu plus de 2,8 tonnes de poussée. C’est largement suffisant pour propulser l’appareil à Mach 0,8, avec une autonomie maximale de trois heures. La vitesse maximale n’est pas une valeur essentielle pour l’appareil qui recherche avant tout la discrétion.

JPEG - 31.6 ko
Le Neuron a une autonomie maximale de trois heures.
© Dassault Aviation

Les 80 premiers vols effectués depuis Istres ont servi en premier lieu à ouvrir le domaine de vol de l’appareil, vérifier le bon fonctionnement des systèmes embarqués et en particulier des liaisons de données avec le sol. Une attention particulière a été accordée à la soute à bombe et à la fenêtre protégeant le capteur optique placé sous le fuselage de l’appareil. Pour préserver la furtivité de l’appareil, cette fenêtre doit être opaque aux rayonnements électromagnétique, tout en laissant passer les gammes d’onde nécessaire au capteur. La soute à bombe, et notamment les effets vibratoires de son ouverture à grande vitesse, a exigé également son lot de mesures spécifiques. Les vols suivants ont été consacrés aux mesures de signatures infrarouge et électromagnétique. Le Neuron étant justement conçu pour être peu rayonnant, on peut essayer d’imaginer la difficulté d’obtenir des mesures précises et fiables !

JPEG - 34.6 ko
Le Neuron mesure 10m de long pour 12,5m d’envergure : un petit Mirage 2000
© Dassault Aviation

Le drone était déjà passé en 2013 dans les pattes de la chambre de mesure SOLANGE, utilisée par la DGA à Bruz (Bretagne). Mais il ne s’agissait alors que de mesures statiques. Avec les outils Exserdy (mesure de la surface équivalente radar) Hypercerbère et Cyclope (mesure de la signature infrarouge), la DGA s’est ensuite attaquée aux mesures dynamiques permettant de prendre en compte des phénomènes comme les vibrations aérodynamiques ou le battement des gouvernes. Les derniers vols ont ensuite été consacrés à la caractérisation de l’avion face à des systèmes de détection opérationnels.

JPEG - 25.1 ko
Le Neuron partage avec le Mirage 2000 son train d’atterrissage
© Dassault Aviation

En d’autres termes, il s’agissait de faire évoluer le Neuron face aux différents capteurs en service dans l’armée de l’Air. Un vol de 90 minutes a notamment placé le drone face à quatre avions simultanément : un Mirage 2000-5 et un Mystère XX chacun équipé d’un radar RDY, un Rafale doté d’un radar RBE2 à antenne passive et enfin un Mirage 2000B de DGA essais en vol équipé d’un RBE2 à antenne active dans sa pointe avant. Au cours de ces essais, le Neuron fut également confronté à un E-3F (Awacs) de l’armée de l’Air et aussi à l’autodirecteur des missiles MICA à guidage infrarouge.

JPEG - 36 ko
Le Neuron peut voler à Mach 0,8
© Dassault Aviation

Après cette première phase française, le Neuron est à présent parti en Italie pour y subir des essais similaires, mais avec cette fois les systèmes radar propres à la péninsule. Dans le courant de l’été, il prendra ensuite le chemin de la Suède où il clôturera en beauté son travail de démonstrateur avec le tir d’une bombe Mk82 (250 kg) sur le champ de tir de Vidse, à l’issue d’une mission tactique conduite en totale autonomie. La balle reviendra alors dans le camp des politiques, qui devront allumer le deuxième étage de la fusée : une coopération franco-britannique pour la réalisation d’un « Système de combat aérien futur » (SCAF), c’est à dire un UCAV opérationnel qui pourrait voir le jour à l’horizon 2030-2040.

Gil Roy

Du Bluetooth dans les Pitot

mardi 24 mars


GE Measurement & Control présente un instrument ADTS portable pour réalisés les tests de conformité Pitot Statique en l’aviation générale, sans fil. Ce nouveau modèle ADTS542F compact de la gamme de produits Druck de chez GE Measurement & Control introduit la technologie Bluetooth avec un terminal portable. Ce dernier comprend un écran tactile utilisable à distance, proposant ainsi un banc d’essai facile à utiliser, pour le système Pitot-statique des avions légers et des hélicoptères, sur la piste et dans les hangars. Avec une période d’étalonnage de 15 mois, le nouvel instrument offre selon son fabricant des coûts de fonctionnement réduits.

JPEG - 40.9 ko
ADTS554 de GE Measurement & Control
© GE

L’ADTS542F se compose d’une unité de base qui peut être alimentée par une batterie ou branchée et d’un terminal portable séparé, relié à la base par la technologie Bluetooth ou par un câble. Il peut donc fonctionner à distance, sans avoir besoin de faire courir des câbles jusqu’au cockpit. L’écran couleur de l’interface utilisateur du terminal emploie une technologie tactile et fonctionne grâce à un menu intuitif qui propose un choix de langues et permet aux opérateurs de faire défiler rapidement les tâches. Toutes les séquences d’essai peuvent être enregistrées et rappelées, avec un accès rapide aux paramètres tels que l’altitude, la vitesse ascensionnelle, la vitesse calibrée et la vitesse de croisière.



British Airways annonce un Gatwick – Vienne

aj_british airways a319

La compagnie aérienne British Airways lancera à la rentrée une deuxième route entre Londres et Vienne, cette fois au départ de l’aéroport Gatwick.

A Partir du 17 septembre 2015, la compagnie nationale britannique proposera six vols par semaine entre l’aéroport de Londres-Gatwick et Vienne-Schwechat, opérés en Airbus A319 bi-classe. Les départs sont programmés tous les jours sauf samedi à 16h00 pour arriver à 19h10, le vol retour quittant l’Autriche à 20h00 pour atterrir à 21h30. British Airways ne proposera pendant la saison hivernale plus que quatre rotations hebdomadaires sur cette route ; elle propose déjà cet été jusqu’à cinq vols par jour entre Heathrow et Vienne, avec des départs à 7h50, 9h55, 11h35, 14h55 et 19h15.

La compagnie de l’alliance Oneworld fait face entre les deux capitales à la concurrence d’Austrian Airlines (Heathrow), easyJet (Gatwick) et Iraqi Airways (Gatwick). Niki ne propose aucune route vers le Royaume Uni depuis Vienne.

British Airways doit aussi inaugurer dix autres nouveautés à Gatwick pendant l’année 2015 : Gran Canaria et Providenciales le 29 mars, Cagliari Héraklion, Bodrum et Dalaman le 26 avril, Rhodes le 29 avril, Funchal le 11 mai, et Sharm el Sheikh le 14 septembre. Mais une destination y disparaitra, Colombo dès samedi prochain.

http://www.air-journal.fr/2015-03-24-british-airways-annonce-un-gatwick-vienne-5141375.html

RwandAir choisit l’Airbus A330

air-journal_Rwandair A330

La compagnie aérienne RwandAir a signé un protocole d’accord pour deux nouveaux Airbus, un A330-300 et un A330-200, devenant la première cliente en Afrique de l’est pour le biréacteur long-courrier européen.

Dans son communiqué du 23 mars 2015, la compagnie nationale du Rwanda basée à l’aéroport de Kigali précise que les livraisons sont attendues au deuxième semestre 2016. Les deux Airbus seront équipés de réacteurs Rolls Royce Trent 772B et configurés en trois classes, avec 261 places dans l’A330-200 et 300 dans l’A330-300. Ils porteront à dix le nombre d’avions exploités par RwandAir, qui opère déjà deux Boeing 737-700, deux 737-800, deux Bombardier CRJ900 NextGen et un Dash-8 Q400 (le deuxième est attendu).

Alors que la compagnie se prépare à intégrer ses premiers avions long-courriers, « nous avons trouvé que l’A330 convient parfaitement à nos plans d’expansion vers l’Europe et l’Asie, grâce à ses performances en termes de consommation, de fiabilité et de confort des passagers », a déclaré le CEO John Mirenge. Le vendeur en chef d’Airbus John Leahy a bien sûr souhaité la bienvenue à ce nouveau client.

RwandAir propose 17 destinations en Afrique et au Moyen-Orient depuis son hub de Kigali. Elle a en outre signé des accords de partage de codes avec Air Uganda, Brussels Airlines, Ethiopian Airlines, South African Airways et Turkish Airlines.

http://www.air-journal.fr/2015-03-24-rwandair-choisit-lairbus-a330-5141371.html

Flybe abandonne son Londres-City – Dublin

air-journal_Flybe dash8 q400

La compagnie aérienne Flybe mettra fin à la liaison entre Londres-City et Dublin en mai, sept mois après avoir inauguré sa base dans l’aéroport proche du centre de la capitale britannique. La route vers l’Irlande au départ de Southend sera également supprimée.

La compagnie régionale avait inauguré fin octobre 2014 sa base à l’aéroport de Londres-City, y stationnant cinq Bombardier Q400 de 78 places et lançant sept routes vers Aberdeen, Amsterdam, Belfast-City, Dublin, Edimbourg, Exeter et Inverness. Mais cette dernière destination a déjà disparu du catalogue de Flybe le mois dernier, et Dublin subira le même sort le 31 mai 2015. « Malgré nos prix compétitifs, le nombre global de passagers est en dessous des prévisions et il n’y a aucun signe de possible changement de la situation », a expliqué le directeur commercial Paul Simmons sur une radio locale. Les passagers ayant déjà réservé après le 31 mai se verront proposer soit des alternatives de voyage, soit un remboursement total.

L’aéroport de Dublin est desservi par Flybe depuis Londres-City  avec quatre rotations quotidiennes, en compétition directe avec CityJet, et indirecte avec Aer Lingus (Gatwick, Heathrow), British Airways (Heathrow) et Ryanair (Gatwick, Luton, Stansted). Mais le coup décisif à la possible rentabilité de Flybe sur cet axe a sans doute été porté par le lancement le 27 octobre dernier de la même liaison par BA Cityflyer, qui propose jusqu’à cinq vols par jour.

Une autre liaison de Flybe vers Dublin va disparaître, celle au départ de Londres-Southend dès le 27 mars. Rappelons que la capitale irlandaise bénéficiera en échange de deux nouvelles lignes : depuis la nouvelle base de Bournemouth à partir du 18 mai, et depuis celle de Cardiff à compter du 1er juin (en plus de celles opérées par Flybe depuis Southampton, Exeter et Inverness).

http://www.air-journal.fr/2015-03-24-flybe-abandonne-son-londres-city-dublin-5141367.html

Une voie dédiée aux bus et aux taxis vers CDG fin avril 2015

air-journal roissy terminal 2f

Une voie dédiée aux bus et aux taxis (et non aux VTC), sera mise en service dès fin avril vers l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle (CDG) et un mois plus tard vers celui d’Orly. Temps gagné vers CDG : jusqu’à 8 minutes.

Dès fin avril, les taxis ou les bus à destination de l’aéroport Roissy Charles de Gaulle (CDG) auront une portion de voie de l’autoroute A1, qui leur sera dédiée. Celle vers Orly (sur l’autoroute A6) interviendra un mois plus tard. Pendant les heures de pointe du matin, les jours ouvrés, entre 6h30 et 10h30, une voie sera exclusivement dédiée aux bus et aux taxis sur ces axes, assurant à l’ensemble des usagers « des temps de parcours fiables et maîtrisés», annonce le secrétariat d’Etat dans un communiqué de presse. En revanche, les les véhicules de transport avec chauffeurs (VTC) n’ont pas l’autorisation de l’emprunter.

Cette voie dédiée réservée à la circulation des bus et des taxis, à des horaires particuliers, aura sa propre signalisation lumineuse, l’infraction s’élevant à 135 euros pour tout contrevenant.

Rappelons que la voie dédiée aux bus et aux taxis sur l’autoroute A1 a déjà fonctionné à titre expérimental en 2009. Elle va s’étendre comme en 2009 sur une section de 5 km allant de La Courneuve au Stade de France dans le sens province > Paris, sur la voie de gauche, indique le communiqué de presse. Les usagers de cette voie dédiée pourront gagner jusqu’à 8 minutes de temps de parcours, qui sera ainsi fiabilisé. Les temps de parcours des usagers autres que ceux de la voie dédiée ne seront pas sensiblement modifiés.

http://www.air-journal.fr/2015-03-21-une-voie-dediee-aux-bus-et-aux-taxis-vers-cdg-fin-avril-2015-5138142.html

Rafale M et Super Étendard Modernisés en action contre Daech

L’arrivée du porte-avions français dans le Golfe a été salué par la majorité des médias hexagonaux, mais désormais c’est dans un quasi total anonymat que nos marins réalisent leurs missions quotidiennes. Les pilotes de l’Aviation Navale sont engagés chaque jour pour des missions de reconnaissance et de combat contre les forces armées du groupe terroriste Daech. Sur le pont du Charles-de-Gaulle les rotations s’enchaînent.

Si les Super Étendard Modernisés réalisent en priorité des missions d’appui aérien rapproché et de destruction de cibles peu protégées les Rafale M de leurs côtés mènent des missions très variées. À l’instar des avions de combat de l’Armée de l’Air les biréacteurs embarqués sont employés principalement pour la reconnaissance armée et l’attaque de cibles d’opportunité. Ils peuvent également assuré des missions de défense aérienne au profit des forces internationales, reconnaissons-le pas les plus dangereuses, vu l’inexistence totale d’aviation de combat djihadiste. Cependant chaque mission compte.

Armement Air Sol Modulaire et bombes à guidage laser GBU-12 et GBU-49 sont donc quotidiennement installés sous les ailes des avions français. Il est à noter que cette dernière arme n’est employé en opération dans la Marine que par les pilotes de Super Étendard Modernisés. S’articulant autour du corps d’une bombe lisse de 227kg elle a une précision décimétrique.
Elle peut aussi avoir un guidage GPS et/ou inertiel.

Les pilotes de la Marine Nationale ont notamment participé à une opération récente visant à la destruction d’un site terroriste visant à l’entraînement des forces et aux communications. Il semblerait qu’un atelier de fabrication de bombes artisanales s’y trouvait aussi. Plusieurs armements de précision ont été tirés.
Plusieurs cibles d’opportunité ont été détruite depuis l’arrivée de nos marins dans la région, ils sont le fait des pilotes de Rafale M.

Les deux types de chasseurs embarqués français. Tous deux sont activement engagés dans la guerre contre les terroristes pseudo-religieux de Daech.Les deux types de chasseurs embarqués français. Tous deux sont activement engagés dans la guerre contre Daech.

Pourtant les missions des équipages de l’Armée de l’Air ne s’arrêtent pas pour autant, Rafale B & C et Mirage 2000D continuent de réaliser eux aussi leurs vols quotidiens au-dessus du territoire irakien, renseignant l’armée et lui apportant un appui non négligeable.

Photos © Marine Nationale.