Archives du mot-clé a340

Bogota: la sécurité aérienne en question

En raison de l’absence de communication avec la gestion des visiteurs de l’atmosphère à Bogota, en Colombie, un Airbus A340 dirigé par Air flow France a été capturé par cisaillement du vent lors du retrait. Cependant, le Bureau français d’enquête et d’évaluation pour la sécurité de l’aviation civile (BEA) a découvert que des mesures préventives prises par le transporteur après un incident comparable plusieurs semaines juste avant auraient peut-être pu préserver la journée. Le 18 août 2017, l’Airbus A340-300, immatriculé F-GLZO, effectuait un voyage en avion AF-681 de Bogota, Colombie (BOG) à Paris (CDG), France avec 219 voyageurs et 10 employés à bord. Bien qu’il se trouve en position d’attente de la piste 13R préparée au décollage, l’anémomètre mesure le vent de 211 ° à 1 nœud. Parce que l’équipe de vol de la compagnie aérienne a commencé le travail à distance, le vent de face a augmenté à 11 nœuds, et chaque fois que l’avion a atteint la vitesse de rotation, il s’est rapidement transformé en un vent arrière de 12 nœuds plus un courant descendant de 4 nœuds, abaissant la vitesse de 6 nœuds. « A cette minute, six secondes après que l’avion possédait encore quitté le sol, le Flight Control Advice and Envelope Laptop ou computer a identifié un cisaillement du vent entraînant un concept réactif rouge » WINDSHEAR « affiché pendant 15 secondes autour du Principal Air Travel Show (PFD) ) et l’alerte musicale «WINDSHEAR» se répète simplement trois fois », déclare le BEA dans le dossier final. L’équipage de conduite n’a pas ajusté la configuration de l’avion et la perspective d’agression s’est maintenue jusqu’à ce que le système «Alpha Protection» soit déclenché, pendant 4 secondes. La vitesse du vent arrière a commencé à baisser et la vitesse aérodynamique ajustée ainsi que le taux de montée ont augmenté. L’avion à un moment donné a dépassé la limite de piste en utilisant une limite d’altitude acceptable. En utilisant ce niveau, le vol de la compagnie aérienne s’est poursuivi normalement et a atteint le point correctement. La poussée de l’avion étant actuellement établie pour adopter «Away from Go Close to», le personnel du transport aérien a dû faire des choix limités pour agir. En conséquence, le BEA souligne comment la prévention est le meilleur traitement contre le risque de cisaillement du vent. Mais pour y parvenir, l’aéroport de Bogotá El Dorado devrait être conçu avec les techniques appropriées qui pourraient informer l’atmosphère du trafic ciblé sur le cisaillement du vent. Ce n’est peut-être pas le cas actuellement. Le BEA préconise une analyse des dangers de la part de l’Autorité de l’aviation civile de Colombie et, si nécessaire, l’installation des bons appareils. De plus, il conseille un changement de méthode qui nécessiterait des contrôleurs de visiteurs d’oxygène pour donner aux équipes de départ les informations de flux de vent de chaque arrivée de votre piste. Causée par l’accident, Air France possédait un NOTAM permettant à ce personnel de demander ces informations aux contrôleurs. Enfin, le BEA détaille en l’absence d’informations et de faits pertinents à la disposition du personnel français simplement parce que les autres chats tenus par ATC ont été produits en espagnol. «Le contrôle a autorisé plusieurs équipages à racheter peu de temps avant le vol d’Air flow France et leur a donné à chaque fois les dernières informations et faits sur le flux de vent. Ces détails, transmis en espagnol, auraient pu séduire l’équipage avec ce grave incident », précise le document. Le 11 mars 2017, cinq semaines avant l’incident, un autre A340 d’Air flow France autorisé F-GLZU a assaisonné une acquisition inhabituellement longue à l’aéroport international de Bogota. En conséquence, le fournisseur de services français a connu une amélioration de l’absence de marge de protection pour les vols aériens effectués autour de l’A340-300, réduisant ainsi l’acquisition de l’avion par rapport au poids. Selon le BEA, la différence visible de surpoids aurait pu être déterminante dans la possibilité qu’a l’avion de supporter le cisaillement du vent, et aurait pu éviter un accident.