Air Austral aurait mis en danger à plusieurs reprises la vie de ses passagers

Selon un rapport par  François Grangier, un expert aéronautique agréé par la Cour d’appel de Pau, la compagnie Air Austral a, par quatre fois, mis en danger la vie de ses passagers.

Selon les conclusions d’un rapport par François Grangier, expert aéronautique mandaté par une juge d’instruction dans le cadre d’une plainte pour mise en danger de la vie d’autrui, Air Austral a, à plusieurs reprises, eu « une prise de risque majeure » dans ces décisions, et commis une «   erreur grave de nature à mettre en danger les passagers transportés ».

La première fois en février 2007 quand la compagnie a ordonné au commandant de bord de décoller malgré l’arrivée du cyclone Gamède. Cette affaire avait été l’objet d’une plainte en 2012 par David Rocher, alors co-pilote sur ce vol en B777-200ER,  pour mise en danger de la vie d’autrui (ce qui lui vaudra pas mal de soucis). « La décision de départ de la Réunion vers Paris a constitué une prise de risque majeure pour les passagers, l’équipage, les biens et les personnes survolées », indique le rapport.

En novembre 2010, un ATR 72 d’Air Austral effectue six vols avec un siège équipage hors service. Le commandant de bord  Ho-Phong refusera finalement de décoller, ce que raillera et dénoncera la direction dans les médias. « Le commandant Ho-Phong a parfaitement analysé la situation et très justement empêché l’aéronef de poursuivre ainsi son vol », stipule le rapport cinq ans après.

Un autre incident, en janvier 2011 concerne un vol Sydney-Nouméa, la capitale calédonienne étant menacée par un cyclone. La direction veut maintenir le vol malgré la météo. C’est finalement la fermeture de l’aéroport de Nouméa qui « a imposé la décision de demi-tour, ce qui a évité au commandant de bord  de se retrouver « au pied du mur » et de justifier sa décision auprès de sa hiérarchie… », commente le rapport.

François Grangier évoque aussi la remise en service d’un avion le 26 septembre 2011, pour un vol Réunion-Paris, sans davantage de précisions. Selon lui, cette décision « constitue une faute grave de nature à avoir mis en danger les passagers, l’équipage, les biens et les personnes survolés ».

Le rapport a été remis au juge d’instruction qui enquête sur la gouvernance d’Air Austral entre 2007 et 2011 et cherche à savoir si elle n’a pas influé par ces décisions à mettre en danger la vie des passagersRappelons aussi que la direction d’Air Austral a changé depuis ces événements, Gérard Ethève, l’ancien PDG et fondateur d’Air Austral, ayant passé la main à Marie-Joseph Malé.

Malgré tout, ce rapport tombe bien mal pour Air Austral alors qu’un de ses avions, un Boeing 737-800, parti de Saint-Denis de la Réunion vers Nosy Be à Madagascar, a fait demi-tour par deux fois jeudi dernier, en raison d’un problème de pressurisation. Les pilotes étaient d’abord revenus à leur point de départ. L’appareil réparé après une heure d’immobilisation au sol était reparti avant que les pilotes ne s’aperçoivent d’un nouveau problème de pressurisation, ce qui les a obligé à revenir se poser une seconde fois, 90 minutes après ce second départ, sur l’aéroport initial de Saint-Denis de la Réunion.

La compagnie Air Austral a confirmé le double incident indiquant que l’équipage aurait pu continuer son vol jusqu’à Madagascar, mais qu’une nouvelle stratégie avec une prise de risque zéro a depuis été introduite par la direction. Une valve défectueuse avait été remplacée lors de la première réparation, mais une seconde valve s’est révélée défectueuse entraînant les pilotes à un deuxième retour à la case départ. Le vol a été reporté à la journée suivante.

http://www.air-journal.fr/2015-04-03-air-austral-aurait-mis-en-danger-a-plusieurs-reprises-la-vie-de-ses-passagers-5142206.html

Pegasus ouvre 3 destinations en Europe dont Lyon et Nice

Alors que la low cost turque spécialiste du vol pas cher célèbre son cinquième anniversaire de présence en France, Pegasus Airlines lance 2 nouvelles liaisons dans l’Hexagone, Lyon (depuis le 29 mars dernier) et Nice à partir du 22 mai 2015, ainsi que Milan Malpensa en Italie (depuis le 29 mars dernier).

Opérés en Boeing 737-800 de 189 places, Pegasus propose depuis le 29 mars trois vols par semaine entre sa base à l’aéroport d’Istanbul-Sabiha Gökcen et Lyon, en concurrence avec Turkish Airlines. Les vols  du mercredi, vendredi et dimanche sont programmés à 10h30 d’Istanbul pour arriver à 13h10, les vols retour quittant Saint Exupéry à 13h50 pour atterrir à 18h05.  En correspondance depuis l’aéroport de Sabiha Gokcen, sont assurées des connexions sur 35 destinations, aussi bien des vols domestiques (Adana, İzmir, Kayseri, Antalya, Bodrum, Dalaman, Denizli, Erzincan, Ankara, Elazığ, Şanlıurfa, Gazipaşa/Alanya, Gaziantep, Hatay, Konya, Malatya, Nevşehir, Samsun, Trabzon, Sivas) qu’internationaux (Bahreïn, Beyrouth, Doha, Dubai, Chypre du nord, Bishkek, Hurghada, Kharkiv, Téhéran, Krasnodar, Koweit, Mineralnye Vody, Sharm El-Sheikh, Tbilisi, Tel Aviv).

Vers Nice, toujours en 737-800, les vols partent d’Istanbul Sabiha Gökcen à 9h35 pour arriver à 12h10, et les retours partent de la Côte d’Azur à 12h50 pour se poser à 16h50, une route encore en concurrence avec Pegasus. Au départ du marché français, Pegasus Airlines est présente depuis 5 destinations : Paris Orly Sud, Saint Etienne, Marseille – Provence et donc les deux nouveautés que sont Lyon et Nice.

En Italie, Pegasus dessert une quatrième destination depuis la fin mars : Milan Malpensa, là encore en concurrence avec Turkish Airlines (depuis Istanbul Atatürk). Rappelons qu’elle desservait déjà Milan Bergame. En 2015, elle doit aussi connecter  Billund au Danemark et Bruxelles (à partir du 25 octobre 2015) ou Münster/Osnabrück en Rhénanie-du-Nord-Westphalie (Allemagne).

http://www.air-journal.fr/2015-04-03-pegasus-ouvre-3-destinations-en-europe-dont-lyon-et-nice-5142203.html

Aéroport Montpellier-Méditerranée : un programme estival avec 5 nouvelle lignes

L’aéroport Montpellier-Méditerranée détaille son programme de la nouvelle saison estivale, débutée le 29 mars, avec 5 nouvelles lignes vers Brest, Amsterdam, Marrakech, Tanger et dernière nouveauté, Bastia

Ce sont 14 compagnies aériennes qui vont desservir Montpellier-Méditerranée cet été. « L’ouverture de nouvelles lignes dans les prochaines semaines va permettre aux Languedociens d’accéder à 29 destinations au plus fort de l’été, et aux touristes d’être toujours plus nombreux à pouvoir étendre leurs serviettes sur le sable doré de la région. L’année promet même de se terminer sur un nouveau record ! Pour mémoire, 1,45 million de passagers ont transité par l’aérogare en 2014, ce qui fait désormais de Montpellier Méditerranée le 12ème aéroport de métropole« , rappelle l’aéroport dans un communiqué.

Première bonne nouvelle : l’ouverture par Volotea de 2 vols par semaine vers Brest dès le 11 avril. Elle s’ajoute aux vols qu’elle opère déjà vers Ajaccio (jusqu’à 3 vols par semaine cet été), Nantes et Strasbourg. La compagnie espagnole s’impose déjà comme la 5ème compagnie à Montpellier, avec plus de 75 000 passagers l’an dernier.

Plus globalement, la France (70% du trafic total de l’aéroport) est encore à la fête cette année. HOP !, la filiale d’Air France dédiée aux vols régionaux, rouvre sa ligne vers Lille suspendue l’hiver dernier, avec un vol chaque samedi du 4 juillet au 29 août. Autre nouveauté avec HOP ! : un vol vers Bastia proposé chaque samedi, du 27 juin au 29 août. Avec la ligne Montpellier-Ajaccio déjà opérée par Volotea, c’est toute la Corse (du nord au sud) qui est désormais accessible depuis la région. Et HOP ! continue de voler vers Nantes et Lyon.

Air France renforce son offre également vers Paris-Orly et Paris-Roissy avec une augmentation du nombre de sièges sur les 2 lignes : plus de capacité pour les groupes, plus de possibilités de réservations de dernière minute, plus de tarifs disponibles, et une 5ème fréquence le dimanche sur Paris Roissy tout l’été.

Troisième nouveauté majeure : l’arrivée de la compagnie néerlandaise KLM, membre du groupe Air France-KLM, sur le tarmac de Montpellier-Méditerranée. Avec des ambitions considérables puisqu’elle propose un vol quotidien vers Amsterdam à compter du 18 mai, qui vient compléter le vol vers Rotterdam assuré par sa filiale à bas prix Transavia. « Voilà qui devrait doper le trafic européen (24,4% du total) au départ de Montpellier Méditerranée, alors même que la quasi-totalité des lignes ouvertes ces dernières années sont confortées« , souligne l’aéroport.

Cet été encore, les Languedociens pourront donc vous envoler vers l’Allemagne (Francfort Hahn et International, Munich et Düsseldorf) avec respectivement Ryanair, Lufthansa et sa filiale à bas prix Germanwings ; explorer les charmes de l’Angleterre (Londres et Leeds) avec easyjet et Ryanair mais aussi ceux de la Belgique (Charleroi, aux portes de Bruxelles) toujours avec Ryanair ; vivre la dolce vita au rythme des Italiens en visitant Rome (avec Alitalia et easyjet); ou encore découvrir la légendaire hospitalité des Danois avec les vols vers Copenhague assurés par SAS et Norwegian durant tout l’été. Sans oublier les possibilités de vacances au grand air grâce à la ligne d’easyjet vers Bâle/Mulhouse, lancée l’an dernier et qui rencontre un joli succès.

Restent les vols vers l’Afrique du nord, un axe important au départ de la région. Si Air Algérie vole vers Alger et Oran (du 21 juin au 19 septembre), c’est le Maroc qui est à la fête cet été avec l’ouverture de lignes vers Marrakech et Tanger (à compter de juillet) avec Air Arabia, deux destinations touristiques majeures du royaume chérifien. Ces deux nouveautés – qui s’ajoutent aux vols vers Casablanca, Fès et Nador – permettent à Air Arabia de s’imposer comme l’une des principales compagnies au départ de Montpellier, avec près de 72 000 passagers l’an dernier -un chiffre qui devrait encore augmenter cette année.

Programme ete 2015 Aéroport Montpellier Méditerranee Page 1 Aéroport Montpellier Méditerranée : un programme estival avec 5 nouvelle lignes

Programme ete 2015 Aéroport Montpellier Méditerranee Page 2 Aéroport Montpellier Méditerranée : un programme estival avec 5 nouvelle lignes

http://www.air-journal.fr/2015-04-01-aeroport-montpellier-mediterranee-cinq-nouvelles-liaisons-5142008.html

Air France se lance dans la restauration…

air-journal_Air-France_Signature_Robuchon_Langouste

La compagnie aérienne Air France se lance dans la restauration avec l’ouverture d’une chaîne de restaurants baptisés « France is in the air ».

Le premier restaurant sera inauguré dès juillet 2015 au siège historique d’Air France aux Invalides à Paris. D’autres établissements sont prévus à la rentrée en Chine, au Brésil et aux Etats-Unis.

La carte sera composée de créations culinaires inédites élaborées par de nouveaux chefs étoilés à partir de produits de saison issus du terroir français. « Ces véritables stylistes du goût se baseront sur une double inspiration : une carte permanente dans la plus grande tradition française et un menu saisonnier renouvelé chaque mois afin de mettre l’accent sur une destination desservie par la compagnie« , explique Air France. Le premier de ces menus mettra à l’honneur les spécialités de la Lombardie universelle.

La décoration de l’établissement, au design épuré, reprendra les tout récents éléments siglés « France is in the air » : sièges d’avion, balançoires, stylisme vestimentaire, etc.  Il sera notamment possible de régler son repas avec sa carte de fidélité des miles Flying Blue.

Plat de poisson :

air journal Air France Premiere Fev2014 Dos de Cabillaud Air France se lance dans la restauration...

http://www.air-journal.fr/2015-04-01-air-france-se-lance-dans-la-restauration-5142034.html

Crash Germanwings : Lufthansa connaissait le passé du co-pilote, des portables de passagers retrouvés…

Alors que les présidents directeurs généraux de Lufthansa et de sa filiale low cost Germanwings sont arrivés se recueillir sur les lieux du crash, Lufthansa a affirmé de son propre chef qu’elle connaissait le passé d’Andreas Lubitz le co-pilote. Sur les lieux du crash de l’A320, des téléphones portables appartenant à des victimes ont également été retrouvés…

Les révélations se succèdent à grande vitesse concernant le crash de l’A320 de Germanwings avec 150 personnes à bord. Hier, Lufthansa, la maison mère de la low cost Germanwings, a expliqué avoir transmis des « documents supplémentaires » à la justice allemande. Ces documents confirment qu’Andreas Lubitz, le co-pilote qui a précipité volontairement l’A320 au sol, selon Brice Robin, procureur de Marseille, avait informé Lufthansa en 2009 de son « épisode dépressif sévère ». Cela ne l’a d’ailleurs pas empêché par la suite d’obtenir un certificat médical d’aptitude au vol, ainsi que son brevet de pilote. Lufthansa a indiqué avoir obtenu ses informations « après de nouvelles recherches internes », les « documents médicaux et ceux relatifs à la formation du co-pilote » et « la correspondance par courriels entre le copilote et l’école de pilotage » ayant été transmis à la justice « dans l’intérêt d’une élucidation rapide et sans faille ». Si on peut saluer la volonté de transparence de Lufthansa, ces documents sont susceptibles de faire endosser  au groupe aérien allemand une plus grande part de responsabilité dans le crash de l’A320, avec des indemnités aux victimes qui s’annoncent donc plus élevés que pour un simple accident. Rappelons que le PDG de Lufthansa avait déclaré il y a six jours que le copilote avait « réussi tous les tests médicaux mais aussi tous les examens techniques, il était à 100% apte à piloter un avion ».

D’autres révélations  sont apparues dans des médias, comme chaque jour depuis le 24 mars. Cette fois, c’est Paris-Match (et Bild en Allemagne) qui explique avoir récupérer auprès d’une source proche de l’enquête un téléphone portable parmi les débris du vol 4U9525 de Germanwings. Sa provenance de la scène du crash « ne fait aucun doute », explique Paris Match. La scène, de quelques secondes, est « tellement chaotique » qu’elle ne permet pas de distinguer quiconque, explique Paris Match. Mais les cris des passagers attestent qu’ils ont bien conscience du drame qui se joue. On entend crier « Mon Dieu » en plusieurs langues. On entend aussi des coups métalliques, par trois fois, qui sont a priori les tentatives du commandant de bord de forcer la porte blindée du cockpit à l’aide d’un outil lourd.

Le lieutenant-colonel Jean-Marc Menichini, qui dirige les opérations de recherche sur site a formellement démenti la véracité des informations de Paris Match et Bild. Des téléphones portables ont effectivement été récupérés, mais n’ont pas encore été exploités. « Tous sont pour l’instant conservés à Seyne-les-Alpes, a précisé le procureur de Marseille. Si des gens, sur le site, ont ramassé des téléphones portables, je n’en ai pas eu connaissance ».

Certains fustigent cette course aux révélations par les médias, alors que l’enquête s’annonce longue et qu’elle n’est pas à ce jour résolue, même si la justice se concentre sur la personnalité du co-pilote, une « piste sérieuse ». « Critiquer la diffusion de l’information serait vain et illusoire aujourd’hui avec la vitesse de la communication mais on ne peut pas pour autant accepter de tomber dans le sensationnalisme et le bidonnage », a déploré dans le Figaro Stéphane Gicquel, secrétaire général de la Fédération nationale des victimes d’attentats et d’accidents collectifs (Fenvac).

http://www.air-journal.fr/2015-04-01-crash-germanwings-lufthansa-connaissait-le-passe-du-co-pilote-des-portables-de-passagers-retrouves-5142037.html

L’actualité aéronautique inattendue du 1er avril…

mercredi 1er avril


L’actualité aéronautique inattendue du 1er avril

La compagnie low cost islandaise WOW Air annonce s’être associée avec le constructeur SpaceCraftOne pour lancer le premier avion de ligne électrique. Si le prix des billets est en baisse, en revanche, les passagers devront s’acquitter de « frais de charge électrique  », pour assurer le rechargement des batteries avant le décollage.

JPEG - 54.2 ko
La PAF passe au rose
© Armée de l'Air

De son côté, la Patrouille de France annonce que les pilotes adoptent le rose pour la saison 2015. Partenariat avec le stade français oblige, ils abandonnent leur combinaison bleue ciel pour une tenue de vol rose du meilleur goût. Ils ont également mis au point une figure inédite qui va permettre au charognard (AthosATHOS Athos Aéronautique est une filiale d’Assystem, basée à Toulouse, spécialisée dans les métiers des services à la production aéronautique tels que l’outillage, le parachèvement, l’inspection qualité ou les audits de productivité. 4) et à l’extérieur gauche (Athos 5) de mélanger leurs fumigènes blanc et rouge pour faire du rose. C’est le chef d’Etat-major qui donnera son feu vert.



L’ESTACA surfe sur l’Euroglider

mercredi 1er avril


L’ESTACAESTACA L’ESTACA, école d’ingénieurs post-bac spécialisée dans le domaine des transports et de la mobilité. Localisée sur 2 sites : Levallois-Perret (92) et Laval (53). surfe sur l’Euroglider

L’ESTACA, école d’ingénieurs post-bac spécialisée dans les transports et la mobilité, est partenaire du projet Euroglider lancé conjointement par Dassault Aviation, l’Association Européenne pour le Développement du Vol à Voile (AEDEVVAEDEVV L’AEDEVV (Association Européenne pour le Développement du Vol à Voile) a pour vocation de générer et de porter des projets pour le développement de l’activité et la pratique du vol à voile et des activités connexes nationales et en Europe dans l’intérêt du monde aéronautique dans toutes ses dimensions sportives, pédagogiques, techniques, industrielles, environnementales et sociétales. Ses membres sont des pilotes de planeur, issus de différentes professions, spécialistes reconnus dans des domaines très variés mais tous passionnés et désireux de s’impliquer dans des projets ambitieux. ) et l’ensemble des écoles du groupe ISAEISAE Issu du rapprochement de SUPAERO et de l’ENSICA, le Groupe ISAE a vocation à fédérer en France les écoles du domaine de l’ingénierie aéronautique et spatiale sous une bannière commune, de façon à accroître le rayonnement de ces écoles, tant au niveau national qu’international, et promouvoir la formation d’ingénieurs dans les domaines de l’aéronautique et de l’espace. . Depuis septembre 2014, 15 étudiants de l’ESTACA se consacrent à ce projet inscrit dans la logique du programme européen Clean Sky visant la valorisation de l’énergie électrique en aéronautique.

Durant 4 ans, une vingtaine d’étudiants de la filière aéronautique de l’ESTACA vont travailler à concevoir et développer un planeur biplace de formation initiale à propulsion électrique en vue d’une industrialisation par un constructeur européen spécialiste de l’aviation légère. Depuis septembre, les étudiants déterminent l’architecture globale du planeur qui sera la plus adaptée pour répondre aux objectifs de performance, d’ergonomie et de coût objectif fixé par le cahier des charges, lui- même défini par les futurs utilisateurs.