Zoom sur VOLTA, l’hélicoptère tout électrique piloté

VOLTA, le premier hélicoptère tout électrique conventionnel pensé pour la formation des pilotes et le vol de loisir, effectue ses premiers vols d’essai. L’ENAC est partenaire du projet.

VOLTA est développé par la société AQUINEA et l’ENAC. Il s’agit du premier hélicoptère conventionnel tout électrique à effectuer un vol piloté.

La société AQUINEA est une TPE composée de trois passionnés d’hélicoptère qui ont relevé le pari fou de convertir un appareil thermique en appareil électrique.

Après trois années de développement, et avec le support de l’ENAC depuis 2015, VOLTA est désormais opérationnel.

L’objectif des essais en vol est d’évaluer les avantages du concept en termes de sécurité, d’autonomie, de performances et de qualités de vol par des essais en conditions réelles. A terme, le projet vise la conception et la réalisation d’un démonstrateur certifiable d’hélicoptère biplace entièrement électrique, pour la formation initiale au pilotage d’hélicoptère.

Pourquoi un hélicoptère tout électrique ?

Il permet tout d’abord une réduction considérable de la pollution atmosphérique, ainsi que des nuisances sonores. Par ailleurs, l’électricité peut être une énergie renouvelable, par exemple grâce à des panneaux solaires placés sur les hangars des aérodromes.

Les coûts d’exploitation sont fortement diminués : l’énergie électrique est peu coûteuse, et la motorisation nécessite peu de maintenance. Celle-ci, très simplifiée, assure une plus grande sécurité des vols.

Une autonomie record

Le système de batteries de VOLTA lui permettra d’atteindre une autonomie record, au-delà des 3 minutes atteintes par les prototypes actuels, avec un objectif de près de 20 minutes.

Qu’est-ce qu’un hélicoptère conventionnel?

Un hélicoptère conventionnel est équipé d’un seul rotor à pas variable et d’un rotor de queue anti-couple, alors que la concurrence (allemande et chinoise notamment) propose des hélicoptères multi-rotors à vitesse variable semblables aux drones.

L’intérêt de développer un hélicoptère conventionnel est multiple.

Tout d’abord, l’efficacité énergétique : son mono-rotor est 30% plus efficace en termes d’énergie qu’un multi-rotors de surface équivalente.

L’hélicoptère conventionnel permet également une meilleure sécurité des vols. En effet, un rotor à pas variable a des reprises de puissance plus fiables qu’un rotor à vitesse variable. Il possède également des capacités d’autorotation, c’est-à-dire qu’en cas de défaillance moteur, l’hélicoptère descend et crée un vent relatif ascendant qui entraîne le rotor et engendre une portance suffisante pour un atterrissage d’urgence.

Un hélicoptère conventionnel permet une continuité pour la formation des pilotes d’hélicoptère à motorisation classique.

Un hélicoptère plus propre, plus silencieux et plus économique

Considérant une endurance moyenne de 25 min, chaque vol électrique de VOLTA permet d’éviter le rejet de : 13kg de CO² et 24g de NOx.

Ainsi, sur une durée de vie escomptée de 350 heures, la batterie de VOLTA permet d’éviter le rejet de plus de 11 tonnes de CO², de 22kg de NOx et la consommation de 17000 litres de carburant.

Cela équivaut à une économie de près de 30 tonnes de CO² pour 1 000h de vol.

Un appareil « Made in France »

AQUINEA est une société basée à Pompertuzat.

La fabrication mécanique a été réalisée par la société lorraine SIMB, avec l’appui des toulousains MPC Aero et de l’ACFM.

La partie électronique a quant à elle été conçue par l’entreprise PROTOLEC.

L’ENAC a notamment réalisé les Interfaces Homme-Machine de l’appareil et apporté un soutien technique sur son centre de Castelnaudary ainsi que sur celui de Muret pour l’organisation des essais de vol.

HELI-HORIZON, spécialiste de l’hélicoptère basé à Toussus Le Noble, a appuyé techniquement le développement de VOLTA en procédant notamment aux vols d’essais.

Téléchargez la présentation complète du projet VOLTA ///

Sur le même thème

Jean-Yves Le Gall, Président de l’IAF, a tenu une conférence de presse, vendredi 14 octobre au siège du CNES, afin de présenter le Global Innovation Agenda 2016-2019 de l’IAF.

Jean-Yves Le Gall, qui est impliqué dans les activités de l’IAF depuis de nombreuses années, a pris ses fonctions de Président de l’IAF à l’occasion du 67ème IAC, qui s’est déroulé à Guadalajara, au Mexique, du 26 au 30 septembre. Le 14 octobre, il a tenu une conférence de presse afin de présenter son plan et ses objectifs pour faire évoluer l’IAF. A cette occasion, il a expliqué en détail son Global Innovation Agenda 2016-2019, qui s’articule autour de trois principes: préserver l’héritage de l’IAF et capitaliser sur ses atouts, être à l’écoute et s’ouvrir au monde, préparer le futur, sous la devise « Connecting @ll space people ».

La feuille de route des trois prochaines années suivra sept points :

– Aller vers les pays émergents et se connecter à de nouvelles communautés

– Promouvoir la diversité selon les principes des “3-G”, au sein du secteur spatial (Genre, Génération, Géographie)

– Faire évoluer le congrès IAC en développant des valeurs de durabilité et de développement futur

– Organiser des conférences globales et régionales

– Favoriser les relations avec les organisations partenaires de l’IAF

– Faire évoluer la structure IAF existante

– Se projeter vers le futur au travers de projets innovants

Le Global Innovation Agenda 2016-2019 sera le fer de lance de l’IAF, voué à propulser la Fédération dans une nouvelle ère et à faire d’elle l’outil permettant de guider la communauté spatiale mondiale, dans son ensemble, vers un monde plus global.

Pendant la conférence de presse, Jean-Yves Le Gall est revenu sur l’immense succès de l’IAC 2016 à Guadalajara, qui a affiché un nombre record de participants, 5217 en tout, et dont le programme plénière et technique s’est révélé passionnant, porté par des orateurs du plus haut niveau. Le fil rouge de ce 67ème IAC furent définitivement les discussions autour de Mars et de son exploration, avec en tête la NASA (Charles Bolden), Space X (Elon Musk) ou encore Lockheed Martin. Le succès médiatique fut lui aussi au rendez-vous, l’évènement s’est vu largement relayé sur les réseaux sociaux et parmi les jeunes générations.

Au cours de cet IAC 2016, quatre nouveaux vice-présidents ont été élus, Pascale Ehrenfreund, Présidente du Directoire du DLR, Jan Worner, Directeur général de l’ESA, Clay Mowry, Responsable Ventes, marketing et Relations Clients chez Blue Origin ou encore Sergei Krikalev, Directeur exécutif des Vols habités de Roscosmos.

C’est le regard tourné vers le futur que s’est achevée cette conférence de presse, avec une présentation de Peter Nikoloff, membre du Comité local d’organisation, sur la préparation du 68ème IAC, qui se tiendra à Adelaïde, en Australie, du 25 au 29 septembre 2017. Les préparations vont d’ores et déjà bon train et l’Australie s’est déclarée particulièrement fière d’accueillir la communauté spatiale internationale.

Sur le même thème

DAHER renforce son programme d’investissement et d’innovation industrielle

DAHER renforce son programme d’investissement et d’innovation industrielle avec le soutien de la Banque Européenne d’Investissement (BEI)

Premier financement direct de la BEI en région Pays de la Loire dans le cadre du Plan d’investissement pour l’Europe

Nantes, le 14 octobre 2016 – Didier Kayat, Directeur Général de Daher et Ambroise Fayolle, Vice-Président de la Banque Européenne d’Investissement (BEI) ont signé un prêt de 60 millions d’euros destiné à soutenir le programme d’investissement du groupe, en présence de Christophe Sirugue, Secrétaire d’Etat à l’Industrie. Une opération rendue possible par la garantie du budget européen déployée dans le cadre du Fonds européen pour les investissements stratégiques (FEIS) du Plan d’investissement pour l’Europe appelé également Plan Juncker. Il s’agit du 1er financement direct de la BEI en région Pays de la Loire dans le cadre du Plan d’investissement pour l’Europe. Valorisé à plus de 120 millions d’euros, le programme d’investissement de DAHER portera sur des projets de modernisation de l’outil industriel, de développement de la compétitivité et de digitalisation de ses sites industriels français et ce, afin d’accompagner le développement de ses clients.

Un accord d’envergure au service de l’innovation industrielle et de la compétitivité

Ce prêt va permettre de financer à hauteur de 50% des projets d’innovation industrielle sur les sites français de DAHER, identifiés et valorisés à plus de 120 millions d’euros sur 3 ans.

Ainsi, ce programme d’investissement permettra notamment à DAHER :

 de se renforcer sur ses expertises d’ingénierie, de design et d’industrialisation pour les grands programmes aéronautiques de ses clients comme Airbus, ATR et Gulfstream ;

 de développer les technologies de demain qui permettront de renforcer la robustesse de DAHER, tout en assurant une optimisation de chacun des maillons de sa supply chain et au service de ses clients aéronautiques et des technologies avancées.

« La modernisation de l’appareil productif est essentielle pour la filière aéronautique, dont plus de la moitié des emplois résident dans la production et dont la valeur ajoutée est en grande partie générée par la chaîne des fournisseurs. L’investissement de DAHER, avec le soutien de la BEI, s’inscrit par ailleurs pleinement dans la démarche « Industrie du Futur » que nous promouvons et qui doit constituer dès aujourd’hui le fer de lance de notre industrie. Enfin, ce nouveau prêt dans le cadre du plan Juncker, confirme l’engagement européen en faveur de la compétitivité de l’industrie française sur le plan international et de

l’investissement comme soutien à la croissance » a déclaré Christophe Sirugue, Secrétaire d’Etat à l’Industrie.

« Ce prêt sur 10 ans s’inscrit parfaitement dans la stratégie de DAHER d’engagement en matière de programmes industriels et aéronautiques de long terme. Il va ainsi nous permettre de soutenir notre programme d’investissement en faveur de la modernisation, de la performance et de l’automatisation de nos processus industriels. L’innovation reste en effet plus que jamais placée au coeur de notre stratégie d’entreprise, garante de notre compétitivité au niveau mondial. Au-delà, ce financement de la BEI est également une fierté puisqu’il constitue une reconnaissance de la fiabilité financière et de robustesse de la stratégie de DAHER en tant qu’acteur industriel innovant de premier plan », déclare Didier Kayat, Directeur Général de DAHER.

« Ce premier financement direct de la BEI en région Pays de la Loire dans le cadre du Plan Juncker est un signal fort en faveur de l’innovation et de l’industrie du futur, a souligné le Vice-Président Ambroise Fayolle durant la cérémonie de signature. L’innovation est le moteur de la compétitivité internationale des entreprises et de l’emploi. C’est pourquoi il est de notre responsabilité d’offrir des produits financiers adaptés pour soutenir l’excellence technique et industrielle des entreprises. Ce financement reflète le déploiement du Plan Juncker en France avec à ce jour 42 opérations approuvées pour le Groupe BEI pour un montant global d’investissements de 2,9 milliards d’euros. »

  1. Jyrki Katainen, vice-président de la Commission européenne chargé de l’emploi, de la croissance, de l’investissement et de la compétitivité, a déclaré : « en soutenant ce prêt à DAHER, le plan d’investissement contribue au financement de l’innovation et du progrès technologique en Europe. Ce projet montre comment le FEIS apporte de la valeur ajoutée et stimule la compétitivité de l’Union européenne. Jusqu’à maintenant, la France est l’un des premiers bénéficiaires du plan d’investissement : j’encourage donc les autres États membres à soumettre des propositions d’investissement tout aussi innovantes à la BEI au plus vite. »
L’innovation, au coeur de la stratégie d’entreprise de DAHER : l’exemple de l’usine de Nantes

Depuis plusieurs années, DAHER nourrit une vision d’entreprise tournée vers les défis liés à l’industrie 4.0. Pour cela, l’entreprise a notamment structuré et développé avec succès ses activités autour de la convergence industrie et services.

Dans la poursuite de cette dynamique, DAHER accélère son développement en déployant un programme ambitieux d’innovation, à tous niveaux, qui se base notamment sur une organisation performante en lean management, flexible et respectueuse de l’environnement.

DAHER mène ainsi des projets industriels ambitieux comme par exemple la recherche de nouveaux matériaux, l’usage et l’amélioration des matériaux composites et thermoplastiques, l’étude et la mise au point de nouveaux produits toujours plus performants qui contribuent au rayonnement de l’industrie française dans le secteur de l’aéronautique.

Première usine labellisée « vitrine technologique Industrie du Futur » par le Gouvernement, le site nantais de DAHER incarne la démarche d’excellence et d’innovation de l’équipementier. Spécialisé dans la conception et la fabrication de matériaux composites ainsi que dans la recherche de nouvelles technologies l’usine DAHER de Nantes est un site où l’innovation prend toute sa mesure.

À propos de BEI

Créée en 1957 par le Traité de Rome, la BEI est la banque de l’Union européenne, formant avec le Fonds européen d’investissement (FEI) – filiale dédiée au soutien des PME – le Groupe BEI.

Fort de son expertise et de son attractivité financière grâce à sa notation triple A, le Groupe BEI est un acteur clef de la relance par l’investissement en Europe et en particulier en France avec un peu plus de 8,7 milliards d’euros de financements nouveaux en 2015 dont 46 % de son activité en faveur de l’action climat. La mobilisation exceptionnelle du Groupe BEI en France en 2015 pour soutenir l’économie réelle a été menée de concert avec ses partenaires publics et privés.

Depuis 2015, le Groupe BEI est l’opérateur du Plan d’investissement pour l’Europe. Les projets financés par le Fonds européen d’investissement stratégique (FEIS) sont à caractère plus risqué, l’objectif étant de soutenir l’investissement sur certains secteurs d’activité prioritaires pour l’avenir de l’économie européenne tels que l’innovation et l’industrie du futur. Le Plan d’investissement pour l’Europe monte en puissance en France : 42 projets ont d’ores et déjà été approuvés pour un montant global de 2.9 milliards d’euros, lesquels devraient mobiliser 15 milliards d’euros d’investissements.

Plus d’informations sur : www.bei.org

A propos de DAHERwww.daher.com

DAHER est un équipementier qui développe des Systèmes Industriels Intégrés pour l’aéronautique et les technologies avancées.

En associant ses savoir-faire de fabrication industrielle, ingénierie des produits et des process, logistique et transport, et services industriels, DAHER conçoit et développe des solutions à valeur ajoutée pour ses partenaires industriels, qui bénéficient de cette convergence d’industrie et de services. DAHER affirme son leadership sur cinq domaines d’activités : constructeur d’avions, aérostructures et systèmes, logistique intégrée, services nucléaires et vannes.

En 2015, DAHER réalise un chiffre d’affaires supérieur à un milliard d’euros et son carnet de commandes représente environ 3,5 années de chiffre d’affaires. Tourné vers l’innovation depuis sa création en 1863, DAHER s’impose aujourd’hui comme l’un des acteurs majeurs de l’usine du futur, l’usine 4.0.

Sur le même thème

SYSTEMES DE PROTECTION DELTA NEU

POUR LES UTILISATEURS DE CHROME VI DANS L’AERONAUTIQUE DELTA NEU MET EN PLACE DES SYSTEMES DE PROTECTION EPROUVES DANS LE NUCLEAIRE

Le spécialiste du traitement de l’air Delta Neu répond aux exigences de la règlementation européenne Reach de protection contre les dangers du Chrome VI en mettant en place chez ses utilisateurs en particulier du secteur aéronautique des systèmes de dépoussiérage dont la qualité de filtration a permis leur installation dans le secteur nucléaire.

Le danger lié au Chrome VI est de plus en plus reconnu. La problématique soulevée par ce danger est revenue dans l’actualité avec la mise en application de la règlementation européenne Reach obligeant les fournisseurs de Chrome VI à soumettre leur activité à l’autorisation de la Commission Européenne. Cette autorisation devait être déposée avant mars 2016.

A condition que leurs fournisseurs aient obtenu cette autorisation européenne, les utilisateurs de Chrome VI, et notamment les traiteurs de surface, n’étaient pas tenus de la demander eux-mêmes. Mais ils doivent pouvoir prouver à tout moment qu’ils obéissent aux mêmes exigences de filtration et de protection contre les risques liés à l’existence de Chrome Hexavalent dans leurs usines.

Bien qu’en France les risques liés au Chrome VI soient déjà encadrés par une réglementation plus stricte que dans les autres pays, la protection des opérateurs au sein des ateliers de traitement de surface et de soudure va bien sûr être renforcée et davantage contrôlée.

L’expert aéraulique Delta Neu, qui travaille depuis des dizaines d’années dans différents secteurs et en particulier dans le secteur nucléaire très exigeant en matière de traitement de l’air, propose à ses clients de l’aéronautique des systèmes de filtration de haut niveau déployés à partir de deux types de matériel, le dépoussiéreur JETLINE Ò KS et le FILTRACLEAN®S.

Le dépoussiéreur JETLINE Ò KS de DELTA NEU

  • Le dépoussiéreur JETLINE Ò KS de DELTA NEU est un dépoussiéreur à décolmatage automatique par air comprimé couplé à une filtration de Très Haute Efficacité. Il fonctionne en continu et permet d’obtenir une filtration maximale, particulièrement dans le cas de poussières fines. Les cartouches rondes de pré-filtration, placées horizontalement, optimisent l’efficacité de la filtration. L’air poussiéreux traverse les cartouches filtrantes de l’extérieur vers l’intérieur, déposant au passage les poussières sur la face externe du média filtrant.
  • Le décolmatage est obtenu par une injection très courte d’air comprimé à l’intérieur de la cartouche filtrante. Ce système permet d’avoir une perte de charge des éléments filtrants stable avec une consommation d’air comprimé optimum.
  • Un étage de filtration T.H.E, situé avant le ventilateur, assure une qualité d’air permettant une recirculation dans l’ambiance de travail dans certains cas.
  • Un système de maintenance sans risque
  • Ce dépoussiéreur se distingue également par son mode opératoire de maintenance. Le changement de filtre est en effet très bien étudié car grâce à un système de bag in bag out l’opérateur n’est jamais en contact avec les poussières retenues par le filtre usagé.

Ainsi le dépoussiéreur JETLINE Ò KS est recommandé par Delta Neu pour une protection optimale contre les poussières fines. Il est même utilisé contre les poussières radioactives et a par exemple été installé dans différents C.E.A, des bâtiments réacteurs ou sites de démantèlement pour protéger les opérateurs lors des opérations de découpe d’éléments en béton ou acier contenant des particules radioactives.

Le FIltraclean Ò S de DELTA NEU

  • Le FILTRACLEAN®S est un caisson de filtration permettant la filtration absolue de particules Cancérogènes- Mutagènes-Reprotoxiques (CMR) grâce à deux étages de filtration : un premier étage de classe F8 et un second étage de filtration absolue de classe H13 ou THE polydièdre. L’air chargé en poussières entre en face latérale (gauche ou droite) du FILTRACLEAN® S. 
L’entrée d’air est équipée d’un déflecteur pour éviter la projection directe des poussières sur le filtre et répartir l’air sale sur toute la largeur du caisson. 
L’air vicié passe successivement au travers d’un premier étage de filtration classe F8 puis d’un second étage de filtration absolue classe H13 ou THE polydièdre.
  • Ce caisson conçu par Delta Neu se distingue également par son mode opératoire de maintenance. Le changement de filtre répond aussi à un système de bag in bag out où l’opérateur n’est jamais en contact avec les poussières retenues par le filtre usagé.

Le caisson de filtration FILTRACLEAN®S a fait ses preuves dans le nucléaire où il a été a été installé par Delta Neu sur de nombreux sites.

Dans l’aéronautique, Delta Neu a mise en place des systèmes de filtration de ce type chez plusieurs fabricants et sous-traitants du secteur. Chez un grand fabricant aéronautique toulousain, l’entreprise vient par exemple de mettre en fonction un FILTRACLEAN®S garantissant un taux de rejet H14 tandis qu’elle est en train d’installer ce même matériel en Ile de France chez un prestataire contribuant au programme spatial européen.

DELTA NEU, entreprise dédiée à l’amélioration de la qualité de l’air en milieu professionnel, a pour vocation d’accompagner ses clients dans leur souci de combiner performance économique et responsabilité sociale et environnementale. Se développant depuis des dizaines d’années dans le domaine de l’aéraulique, dans lequel elle fait autorité, elle maîtrise l’ensemble des processus de traitement de l’air ambiant : ventilation, dépoussiérage, transfert pneumatique des déchets et filtration.DELTA NEU fait partie du pôle industriel du Groupe SFPI. Le Groupe SFPI conçoit, produit et commercialise des biens d’équipement pour l’industrie et le bâtiment. Il réunit près de 4 000 personnes dans le monde et a réalisé en 2015 un chiffre d’affaires de 509 millions d’euros.

Sur le même thème

Quand Fabrice Lamareille, enseignant à l’IPSA Toulouse, partage sa passion pour le ciel

À l’IPSA, la passion de l’air et de l’espace ne touche pas que les étudiants : elle anime aussi les enseignants ! C’est notamment le cas de Fabrice Lamareille, docteur en astrophysique et enseignant du campus de Toulouse, auquel La Dépêche vient de consacrer un portrait.

Un article à lire sur le site du quotidien.

À PROPOS DE L’IPSA

Créée il y a plus de 50 ans, l’IPSA est l’école d’ingénieurs de l’air et de l’espace. L’école a construit au fil des années et notamment grâce à son important réseau d’anciens, des partenariats solides et durables avec cette industrie, tant au niveau civil que militaire. En prise directe avec les grands décideurs et les spécialistes du domaine, l’IPSA propose ainsi une formation en rapport avec les attentes du marché, permettant à ses étudiants de rentrer de plain-pied dans la vie active et de vivre totalement leur passion pour l’aéronautique et l’espace. L’IPSA est intégré au Concours Advance qui donne accès à 3 écoles d’ingénieurs (EPITA, ESME Sudria, IPSA) implantées sur 6 campus en France.

Sur le même thème

Vietnam : création d’un Mastère Spécialisé ENAC-USTH à Hanoï

Dans le sillage du voyage du président de la République française au Vietnam et de la signature, le 5 septembre 2016, de trois importants contrats entre Airbus et des compagnies vietnamiennes, l’ENAC (Ecole nationale d’aviation civile) a signé un accord avec l’Université des Sciences et des Technologies de Hanoï (USTH) portant sur la formation de responsables des systèmes de la sécurité aérienne.

A travers cet accord sont ciblés tous les jeunes professionnels du transport aérien vietnamiens (autorités, compagnies aériennes, aéroports et prestataires de services de la navigation aérienne) qui sont impliqués dans la définition, la gestion et l’amélioration des systèmes de la sécurité aérienne.

Cette formation sera réalisée à Hanoï dans les locaux de l’USTH et délivrera un diplôme ENAC de Mastère Spécialisé.

Cet accord fait suite aux accords précédents pour la délivrance d’un Mastère Spécialisé aux Philippines et de formations continues en Indonésie, et renforce l’implantation et l’influence de l’ENAC dans la zone ASEAN, qui connaît les plus forts taux de croissance de transport aérien au monde.

Sur le même thème

Un nouveau simulateur A320 certifié pour l’ENAC

L’ENAC dispose depuis le 30 septembre dernier d’un nouveau simulateur qualifié pour ses formations au pilotage avancées. Les services de la Direction de la Sécurité de l’Aviation Civile (DSAC) ont en effet délivré la qualification FNPT 2-MCC (Flight Navigation & Procedure Trainer – Multi-Crew Cooperation) au nouveau simulateur A320 construit par la société FAROS et dont l’installation a commencé fin 2015 sur le campus de Toulouse.

Cet outil permettra à l’ENAC de dispenser, directement sur le site de Toulouse, les formations avancées de type MCC (Multi-Crew Cooperation ou Travail en équipage) qui se réalisaient auparavant chez des prestataires extérieurs.

Ce nouveau simulateur propose une réplique d’un cockpit d’A320 moderne avec un standard d’équipement très récents, à la pointe de l’innovation.

Un data-package Airbus (données Airbus certifiées issues des essais en vol) a été utilisé pour sa mise au point ce qui est un gage de fidélité de la simulation et qui permettra à l’ENAC de proposer un outil réellement performant pour ses élèves.

L’obtention de cette qualification concrétise un projet complexe, initié il y a plusieurs années. Porté par la DFPV (Direction de la Formation au Pilotage et des Vols), il a également mobilisé des équipes de départements supports de l’ENAC (Infrastructure/Logistique et Pôle des Systèms d’Information).

Installé au rez-de-chaussée du bâtiment H, le simulateur A320 est au coeur de la nouvelle zone dédiée aux formations avancées de la DFPV.

Sa mise en service effective pour les formations de la DFPV est maintenant toute proche, mais le projet ne s’arrête pas là.

En effet, il reste une étape importante : ce nouveau simulateur doit pouvoir très prochainement rejoindre le système SVS (Shared Virual Sky) d’interconnexion des simulateurs de contrôle aérien et de vol.

Si vous souhaitez le découvrir rapidement, une visite du simulateur A320 est prévue lors de la prochaine Journée Portes Ouvertes Recherche ///

Sur le même thème

Christian Scherer devient Président Exécutif d’ATR

Toulouse, le 12 octobre 2016 – Les actionnaires d’ATR, Airbus Group et Leonardo-Finmeccanica, ont nommé M. Christian Scherer (54 ans) au poste de Président Exécutif d’ATR. Il succède à Patrick de Castelbajac, qui est nommé Company Secretary and Chief of Staff et membre du comité exécutif d’Airbus. La prise de fonctions aura lieu le 1er novembre 2016.

Les actionnaires d’ATR ont confirmé que M. Scherer dirigera l’entreprise dans le cadre d’un mandat de quatre ans afin de garantir la stabilité et la continuité de la croissance de l’entreprise. Giovanni Tramparulo, actuel Directeur Financier d’ATR, est également reconduit dans ses fonctions pour quatre ans.

Christian Scherer est actuellement Vice-président exécutif et Directeur d’Airbus Group International. Auparavant, il a dirigé le service Marketing et Commercial d’Airbus Defence and Space et était membre du comité exécutif d’Airbus Defence and Space et Directeur Général d’Airbus Defence and Space GmbH. Il a débuté sa carrière chez Airbus en 1984 et a occupé plusieurs postes de direction, parmi lesquels ceux de Directeur Commercial adjoint, puis de Directeur de la Stratégie et des Programmes futurs.

Tom Enders, PDG d’Airbus Group, a dit à cette occasion : « Christian Scherer a démontré une très riche expertise commerciale, une vision stratégique et de solides compétences managériales. Il est le candidat idéal pour succéder à Patrick de Castelbajac que je remercie pour son excellent travail à la tête d’ATR. La nomination de Christian pour un mandat de quatre ans illustre l’engagement d’Airbus Group en faveur du succès de son partenariat avec Leonardo ».

Mauro Moretti, le PDG de Leonardo-Finmeccanica, a pour sa part déclaré : « Nous nous félicitons de l’arrivée de Christian Scherer, un homme qui a brillamment fait ses preuves dans le secteur de l’aviation commerciale. Avec sa nomination, nous espérons continuer à renforcer la place de leader qu’occupe ATR sur son marché ».

Christian Scherer a ajouté: “Je suis enchanté d’être nommé Président Exécutif du leader mondial de l’aviation régionale. J’apprécie tout particulièrement l’esprit de famille exceptionnel et la proximité avec les clients d’ATR. J’ai grandi dans une culture similaire et j’espère pouvoir la perpétuer pour le bénéfice de nos clients, employés et actionnaires. »

À propos d’ATR :

Fondé en 1981, ATR est le leader mondial sur le marché des avions turbopropulseurs régionaux de moins de 90 places. Depuis sa création, ATR a vendu plus de 1 500 appareils. Les modèles ATR équipent les flottes de plus de 200 compagnies aériennes réparties dans près de 100 pays. ATR est un partenariat à parts égales entre deux acteurs aéronautiques européens majeurs, Airbus Group et Leonardo-Finmeccanica. Son siège social se situe à Toulouse. ATR est certifié ISO 14001. Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site http://www.atr-aircraft.com

Sur le même thème