Marc HOUALLA, élu coordinateur de Toulouse Tech

Marc Houalla, Directeur de l’ENAC, vient d’être élu coordinateur du Bureau Toulouse Tech. Il prend la succession de Alain Schmitt, Directeur de l’Ecole des Mines d’Albi.

Toulouse Tech associe 8 établissements d’enseignement supérieur (ENAC, ICAM, INP/Toulouse, ISAE-SUPAERO, Mines/Albi, INU Champollion, Université Toulouse III-Paul Sabatier) membres ou associés de l’Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées (UFTMP) qui délivrent des diplômes d’ingénieurs ou des masters en ingénierie.

Toulouse Tech, né du projet IDEX en 2013, est un espace collaboratif au sein duquel les établissements se concertent, cherchent à dégager ensemble les synergies, mettent en place les projets communs et en assurent le suivi. Son but est d’optimiser la coopération et le développement de formations en ingénierie au plan national et international.

www.toulousetech.net

Sur le même thème

Satellite MICROSCOPE

Des premiers résultats particulièrement prometteurs pour le satellite MICROSCOPE

MICROSCOPE, le satellite du CNES, a commencé sa longue session de mesures scientifiques. Il vient de terminer avec succès ses premiers tests de recette en vol qui ont donné de premiers résultats particulièrement prometteurs.

Un satellite et un instrument aux performances exceptionnelles

Six mois après son lancement, la validation et le réglage en vol du satellite MICROSCOPE (MICROSatellite à trainée Compensée pour l’Observation du Principe d’Équivalence) sont maintenant terminés. Pour remplir sa mission de test de la chute libre des corps avec une précision inégalée, le satellite doit compenser toutes les forces qui ne sont pas dues à la gravité et qui perturbent la mesure comme le frottement de l’air résiduel (MICROSCOPE est à 710 km d’altitude) ou la pression du rayonnement solaire. Cette compensation est réalisée dans toutes les directions.

Les performances de cette compensation mesurées en vol sont uniques. Ce satellite du CNES devient ainsi une nouvelle référence mondiale en orbite basse. La sensibilité de l’instrument, un ensemble de deux accéléromètres différentiels fournis par l’ONERA a permis de détecter l’effet gravitationnel du décentrage des masses d’épreuve* de quelques micromètres, ainsi que la variation de la pression de la lumière du Soleil quand il est occulté par la Lune.

Le contrôle de la lévitation des masses d’épreuve en vol est d’une précision incroyable : la position relative des deux masses d’épreuve est maintenue avec une précision de la taille de l’atome d’hydrogène, soit l’équivalent d’un millionième de cheveu !

Nouvelle étape dans la vie de MICROSCOPE, le satellite commence ses tests scientifiques

La phase de mesures scientifiques démarre et durera au moins 18 mois. Ce temps est nécessaire pour obtenir une grande précision de mesure.

Néanmoins, un premier point de performance est prévu en juin 2017 et une publication finale du résultat aura lieu au plus tard en avril 2019, afin de valider complètement les traitements scientifiques.

Rappel

L’objectif de MICROSCOPE est de tester, dans l’espace, la validité du principe fondateur de la Relativité Générale, l’équivalence entre gravitation et accélération, élaborée par Albert Einstein entre 1907 et 1915. Le défi consiste à atteindre une précision 100 fois meilleure que toutes les expériences réalisées jusqu’à présent sur la Terre, ce qui ouvrirait de nouveaux horizons aux théories de la gravitation.

Source: CNES

* les masses d’épreuve sont des cylindres imbriqués qui servent à tester l’universalité de la chute libre

Sur le même thème

Floreat Group renforce davantage sa position dans le secteur du financement aéronautique par le biais de la titrisation

LONDRES, December 6, 2016 /PRNewswire/ —

Dans le prolongement du financement de deux Boeing 737-800 loués à Norwegian Air Shuttle, Floreat Group entame à présent un programme de titrisation axé sur le secteur aéronautique, afin de proposer des investissements à revenu fixe sur le long terme à ses clients institutionnels et haut de gamme.

La première émission sera lancée en décembre 2016, pour un montant de 175 millions en obligations (d’une valeur de 200 000 USD chacune) et sera attachée à un portefeuille de quatre Airbus A330 à louer à des compagnies aériennes géographiquement diversifiées. Les obligations viendront à échéance au bout de 10 ans, au moment du terme des locations sous-jacentes, rapporteront un coupon fixe de 7 % par an, seront émises par une structure de titrisation luxembourgeoise et seront cotées sur le marché Euro MTF de la Bourse de valeurs du Luxembourg. Une partie des obligations sera structurée de sorte à être conforme à la Sharia, pour les investisseurs du Moyen-Orient de Floreat.

Le premier Airbus A330-200 est loué à Virgin Australia et a été acheté pour l’inclure dans le portefeuille le 30 novembre. Le reste des aéronefs seront probablement achetés pendant le mois de décembre. La valeur totale du portefeuille s’élèvera à environ 400 millions USD et sera financée avec les recettes tirées des obligations et de la dette senior en provenance de Nord LB.

« Nous avions déjà, par le passé, financé des transactions individuelles dans le secteur aéronautique pour satisfaire à la demande de nos principaux clients de transactions rémunératrices sur long terme garanties par des actifs réels. L’émission des obligations cotées constituait une étape ultérieure naturelle pour notre programme de prêts axé sur les actifs, lequel, à ce jour, n’était ouvert qu’aux principaux clients du groupe », a déclaré Ben Churchill, l’associé chez Floreat Capital Markets Ltd. à l’origine de la transaction et qui s’est chargé de la structuration de cette dernière.

« Compte tenu du contexte de faibles taux d’intérêt dominant, il existe une véritable pénurie d’investissements à revenu fixe offrant des rendements élevés associés à des rapports risque/bénéfice forts. Les dynamiques du secteur aéronautique nous permettent de titriser des locations et offrent des investissements sûrs à revenu fixe qui viennent combler le vide existant dans les portefeuilles, avec l’avantage ajouté de ne pas être corrélés aux marchés d’actions et d’obligations traditionnels. »

En raison de la forte demande, Floreat envisage de faire suivre cette émission initiale par une deuxième émission similaire de jusqu’à 1 milliard USD en 2017.

Doric a négocié les acquisitions et les locations et se chargera de la gestion des actifs du portefeuille et de la recommercialisation éventuelle de l’aéronef.

La société Floreat Group, quant à elle, financera au départ les obligations et se chargera de leur distribution par l’intermédiaire de l’équipe des placements de Floreat Merchant Banking Ltd., entreprise agréée et réglementée par la FCA.

Deutsche Bank AG London intervient en tant qu’agent de règlement principal et agent payeur, tandis que Allen & Overy a fourni des conseils dans le cadre de la transaction.

Sur le même thème

CONFERENCE MINISTERIELLE DE L’AGENCE SPATIALE EUROPENNE

La Conférence ministérielle de l’Agence Spatiale Européenne s’est tenue à Lucerne les 1er et 2 décembre 2016. La France y était représentée par Thierry Mandon, Secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur et à la Recherche, avec le soutien de l’agence spatiale française, le CNES.

Comme en 2012 à la Conférence de Naples et en 2014 à celle de Luxembourg, la France a saisi cette occasion pour confirmer son implication de premier plan dans des programmes spatiaux essentiels pour l’intérêt et le rayonnement du pays et de son industrie spatiale.

Le développement d’Ariane 6 ayant été sécurisé début novembre en amont de cette Conférence, ces deux jours de réunion ont permis de confirmer la poursuite de la participation française à l’exploitation de la station spatiale internationale, au programme Exomars avec le financement de la mission ExoMars 2020 et à la préparation des nouvelles générations de satellites Sentinelle du programme européen Copernicus et des nouvelles technologies de télécommunications par satellite.

Grâce à la participation française à ces programmes, l’industrie française voit son savoir-faire et sa compétitivité confortés dans des domaines technologiques de pointe et d’avenir. Cet atout va lui permettre dans les tous prochains mois de transformer cet investissement public en contrats de lanceurs et de satellites et en développement de nouvelles applications au service de nos concitoyens et, par conséquence, en créations d’emplois sur le territoire français, comme elle l’a déjà fait très concrètement ces trois dernières années grâce aux investissements français consentis dans le domaine spatial à travers les premier et deuxième Programmes d’Investissement d’Avenir et les précédentes contributions françaises à l’Agence Spatiale Européenne.

A la suite de ce Conseil Ministériel de l’ESA, Jean-Loïc Galle, Président de la Commission Espace du
GIFAS a indiqué : «La délégation française présidée par Thierry Mandon, Secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur et à la Recherche, a obtenu des avancées majeures à ce Conseil, en ligne avec les recommandations du CoSpace et les priorités du CNES dont je salue l’excellent travail préparatoire conduit avec l’industrie.». Pour Marwan Lahoud, Président du GIFAS, «C’est toute une filière, des grands groupes aux équipementiers et aux PME, qui remercie chaleureusement Thierry Mandon, ainsi que le Président du CNES, Jean-Yves Le Gall, pour leur mobilisation en faveur de l’Espace et de son industrie».

Source: GIFAS

Sur le même thème

L’association Evolutek brille lors du classement annuel des meilleures associations étudiantes

Établi par le cabinet de conseil Aneo, le classement annuel des meilleures associations étudiantes en France vient de livrer son verdict. Parmi les structures plébiscitées pour leur dynamisme, leur esprit d’innovation ou encore leur solidarité à l’issue de cette édition 2016 se trouve Evolutek, l’association réunissant les étudiants fans de robotique de l’EPITA, l’IPSA et d’Epitech. Connue pour participer chaque année à la Coupe de France de Robotique organisée par Planète Sciences, l’association décroche la médaille d’argent du trophée High-Tech.

À PROPOS DE L’IPSA

Créée il y a plus de 50 ans, l’IPSA est l’école d’ingénieurs de l’air et de l’espace. L’école a construit au fil des années et notamment grâce à son important réseau d’anciens, des partenariats solides et durables avec cette industrie, tant au niveau civil que militaire. En prise directe avec les grands décideurs et les spécialistes du domaine, l’IPSA propose ainsi une formation en rapport avec les attentes du marché, permettant à ses étudiants de rentrer de plain-pied dans la vie active et de vivre totalement leur passion pour l’aéronautique et l’espace. L’IPSA est intégré au Concours Advance qui donne accès à 3 écoles d’ingénieurs (EPITA, ESME Sudria, IPSA) implantées sur 6 campus en France.

Sur le même thème