Crash en Espagne : coup de projecteur sur le F-16

Une épaisse fumée noire s’échappe de la base militaire d’Albacete en Espagne. Le F-16 grec qui vient de s’écraser ce 26 janvier quelques secondes seulement après son décollage a fait onze morts et une vingtaine de blessés. Un accident dont on ne connaît pas encore les causes mais qui met sous le feu des projecteurs cet avion de combat américain développé par Lockheed Martin dans les années 70.

Avec quelque 2 300 appareils en service dans le monde, le F-16 est sans conteste l’avion de chasse le plus utilisé sur la planète. Décliné en plusieurs versions, cet avion de combat a été vendu à 26 pays différents et fabriqué à plus de 4 500 exemplaires. Capable de voler à Mach 2 (2 400 km/h) et doté d’un rayon d’action de 3 200 kilomètres, le F-16 est un avion d’attaque et d’appui au sol. Depuis sa mise en service, il a participé à de très nombreuses opérations extérieures en Irak, au Kosovo en Lybie ou encore en Afghanistan.

Selon le constructeur Lockheed Martin, le F-16 est l’avion de combat monomoteur le plus sûr dans l’histoire de l’US Air Force, qui est à ce jour le plus gros utilisateur de F-16, avec plus de la moitié des appareils en service. Pourtant, selon les statistiques du Pentagone, l’US Air Force compte en moyenne depuis 1982 treize accidents de F-16 chaque année, un chiffre bien supérieur au nombre de crashs enregistrés avec des F-15 ou des F-18 par exemple.

Pour les défenseurs du F-16, le taux d’accident ne tiendrait cependant pas aux défauts de l’avion, mais au nombre très élevé d’appareils en service tout d’abord et aux missions qu’il accomplit ensuite, volant généralement à grande vitesse et à basse altitude. L’avion n’est aussi équipé que d’un seul moteur, ce qui en cas de panne, ne laisse au pilote qu’une seule alternative : l’éjection. 

Disparition de Robert Espérou

JPEG - 7.6 ko
Robert Esperou
© DR

C’est avec peine que le monde du transport aérien a appris le 27 janvier la disparition de Robert Espérou, inspecteur de l’Aviation civile et historien reconnu des ailes commerciales françaises. Il était âgé de 84 ans.

Aussitôt après l’ENA, il avait rejoint le Secrétariat générale à l’aviation civile, prédécesseur de la DGACDGAC Direction Générale de l’Aviation Civile pour y mener une carrière de tout premier plan. Il fut notamment le représentant de l’Etat auprès du conseil d’administration d’Air FranceAIR FRANCE Le groupe Air France a transporté 77,45 millions de passagers en 2012 (+1,8% / 2011) avec un coefficient de remplissage de 83,1% (+1,2% / 2011). et administrateur d’Aéroports de Paris. Mais c’est aussi en fin connaisseur du secteur, capable d’analyses très fines, qu’il se fit remarquer : politique communautaire du transport aérien, relations bilatérales Europe/Etats-Unis, etc.

Robert Espérou prit fréquemment la plume, avec talent. Avec Gérard Maoui, il a signé au Cherche Midi une « Histoire d’Air France des origines à nos jours » et, son œuvre majeure, une « Histoire du transport aérien français », publiée en 2009. S’y ajoutent de nombreux articles parus dans la presse spécialisée. Au total, une ouvre solide et indispensable.

P.S.

IAG fait une nouvelle offre sur Aer Lingus

Air-journal-Aer lingus A330

Après deux tentatives repoussées, le groupe IAG (International Airlines Group) a proposé une troisième offre de rachat de la compagnie irlandaise Aer Lingus, selon des sources internes.

L’offre, à 2,50 euros l’action d’Aer Lingus, soit dix centimes de mieux que la précédente proposition,  devrait être rendue officielle pour les bourses de Londres et de Dublin,  demain lundi 26 janvier. Elle valorise la compagnie irlandaise à 1,3 milliard d’euros. Le mois dernier, les actionnaires d’ Aer Lingus avait décliné deux propositions du groupe rassemblant British Airways et Iberia, car jugées insuffisantes. L’action d’Aer Lingus était valorisée à 2,35 euros vendredi soir, sur les marchés financiers.

Le groupe IAG insiste donc sur une prise de participation dans sa consoeur irlandaise alors que la Cour d’appel doit bientôt se prononcer sur l’ordre donné à Ryanair, actionnaire d’Aer Lingus à hauteur de 29,9%, de réduire sa part du capital à 5% par les autorités britanniques de la concurrence.

Le gouvernement irlandais, qui détient 25,1% du capital d’Aer Lingus (deuxième actionnaire derrière Ryanair), s’est dit également prêt à céder sa participation à un juste prix. La low cost irlandaise avait tenté de s’en emparer à trois reprises, mais avait échoué après un veto européen, car dérogeant au principe de la libre concurrence.

http://www.air-journal.fr/2015-01-25-iag-fait-une-nouvelle-offre-sur-aer-lingus-5134364.html

Transaero relie Moscou à Prague

air-journal-transaero-737-800 at VKO

Fin mars de cette année, la première compagnie aérienne privée russe reliera les aéroports de Moscou Vnukovo  et de Prague Vaclav Havel.

A partir du 29 mars 2015, Transaero reliera tous les jours de la semaine les capitales de Russie et de République tchèque, les vols partant de Vnukovo  à 12h00 pour arriver à Prague à 14h00. Les vols retour repartent à 15h00 de Prague pour atterrir à Moscou à 18h50. Les vols sont opérés en Boeing 737NG avec un accès Wifi disponible.

Cette route est déjà fréquentée par Aeroflot (quatre vols quotidiens) et CSA Czech Airlines (8 vols par semaine) depuis Sheremetyevo à chaque fois. La nouvelle liaison vient aussi renforcer le réseau de Transaero entre les deux pays, la compagnie russe desservant déjà Pardubice, en Bohème orientale depuis Moscou et Saint-Pétersbourg. En 2014, le trafic de Transaero entre les deux pays a progressé sur un an de 9 %, affirme la compagnie russe dans un communiqué.

http://www.air-journal.fr/2015-01-25-transaero-relie-moscou-a-prague-5134360.html

Crash AirAsia QZ8501 : la récupération du fuselage perturbée par la météo

Les équipes indonésiennes chargées de remonter le fuselage de l’Airbus A320 d’AirAsia qui s’est écrasé avec 162 personnes à bord le 28 décembre dernier, se heurtent à une météo sous-marine difficile, rendant l’opération impossible.

Ce week end, les équipes de recherche ont arrimé par deux fois  des sacs de flottaison géants au fuselage de l’A320, qui gît par 28 mètres de fond. Mais  les élingues (câbles) destinées à remonter la partie principale de l’épave, se sont rompues et «  l’élément principal est retombé au fond de l’eau », a indiqué un responsable. «Nous avons pu faire flotter le fuselage, et nous allions le remorquer lorsqu’un filin s’est rompu après un brusque changement de météo», a déclaré ce dimanche le vice-amiral Widodo. Plusieurs corps, dont on pense qu’ils sont tombés du fuselage lors de la délicate manœuvre, ont été repêchés, portant le nombre total de victimes récupérées à 70.

Les autorités indonésiennes ont également annoncé qu’un sonar avait repéré un élément « suspecté d’être le cockpit », à 500 mètres de l’endroit où gît le fuselage. Mais les chercheurs donnent aujourd’hui leur priorité à la récupération du fuselage avant d’aller vérifier si l’objet détecté est bien le cockpit, a annoncé SB Supriyadi, un responsable de l’Agence indonésienne de recherches.

Les jours précédents, un ramassis de fils, de câbles emmêlés et de sièges flottants à l’intérieur de la cabine où la visibilité est presque nulle, ont empêché les plongeurs de pénétrer plus à l’intérieur pour y récupérer des corps.

L’enregistreur des conversations du cockpit (CVR) et l’enregistreur des données de vol (FDR), en cours d’analyse, doivent rendre un premier éclairage sur les circonstances du crash lors d’un rapport préliminaire, qui doit être présenté le 28 janvier prochain. A ce jour, le gouvernement indonésien a seulement émis la piste d’une ascension trop rapide, suivie d’un décrochage. De multiples alarmes, dont celles de décrochage, retentissaient dans le cockpit avant le crash, le 28 décembre dernier.

http://www.air-journal.fr/2015-01-25-crash-airasia-qz8501-la-recuperation-du-fuselage-perturbee-par-la-meteo-5134354.html

Air Koryo, désignée plus mauvaise compagnie aérienne mondiale

air-journal_Air_Koryo_tu204©kristoferb

Pour la quatrième fois consécutive, Air Koryo, la compagnie aérienne nationale de Corée du Nord a été nommée plus mauvaise compagnie  aérienne au monde, en ne recevant qu’une seule étoile Skytrax.

Sur 681 compagnies aériennes scrutées par Skytrax,  l’organisme londonien de consultation et d’évaluation des transporteurs aériens, Air Koryo sa classe bonne dernière en termes de produits et de services, incluant la flotte, les services à bord, les repas…. Alors que dix catégories sont nécessaires  pour établir le classement général, Air Koryo arbore péniblement une seule étoile Skytrax sur une échelle allant jusqu’à sept, sa meilleure note ayant été obtenue sur la présentation de son personnel navigant, avec trois étoiles. Insuffisant pour se hisser au niveau des Syrianair, Iran Air ou Merpati Nusantara Airlines, qui obtiennent deux étoiles.

Air Koryo, qui a effectué son premier vol en 1955, possède une  flotte âgée et composée de 16 avions uniquement de fabrication russe : 3 Antonov An-24, 2 Antonov An-148, 1 Ilyushin II-18, 4 Ilyushin II-62, et des Tupolev Tu-134 , Tu-154 et Tu-204, lui permettant de desservir  23 destinations depuis sa base de Pyongyang, incluant Pékin, Shanghai et Dalian en Chine, Kuala Lumpur et Kuwait City.

http://www.air-journal.fr/2015-01-25-air-koryo-de-nouveau-plus-mauvaise-compagnie-aerienne-mondiale-5134338.html

L’Etat vient à la rescousse de South African Airways

aj_south african airways a330

L’Etat sud-africain a annoncé garantir un prêt de 562 millions de dollars à South African Airways, une compagnie aérienne nationale aux abois puisqu’elle a  jusqu’au 26 mars prochain, pour soumettre un plan d’action capable de la sortir de la faillite.

La compagnie nationale sud-africaine, qui doit encore finaliser ses états financiers 2013-2014, bénéficiera donc d’un nouveau  soutien gouvernemental, le total de prêts garantis par l’Etat sud-africain s’élevant désormais à 1,25 milliard de dollars. « Cette garantie supplémentaire permettra à SAA de finaliser ses états financiers annuels pour 2013/14, ce qui permettra à la compagnie de tenir son assemblée générale annuelle le vendredi de la semaine prochaine, le 30 janvier 2015 », a précisé le Trésor.

South African Airways s’est donnée 90 jours (jusqu’au 24 mars prochain), pour soumettre un plan d’économie susceptible de la sauver de la faillite. Outre la recherche de liquidités, elle devra faire face à sa perte de compétitivité avec une flotte vieillissante, qui devra être réexaminée selon ses besoins réels.  Son réseau doit aussi être repensé en retirant ses routes les moins rentables, certaines annulations de routes étant déjà décidées, d’autres pistes de réflexions incluant les dessertes de Hong Kong, Pékin ou Bombay.

La compagnie nationale, qui a par ailleurs annoncé parmi les mesures possibles, une possible entrée de la compagnie émiratie Etihad Airways dans son capital, a élargi le mois dernier son partenariat stratégique avec la compagnie d’Abou Dhabi, en  annonçant l’ouverture en mars d’une nouvelle liaison entre Johannesburg et Abou Dhabi, et l’expansion de leur accord de partage de codes à 49 routes.

http://www.air-journal.fr/2015-01-25-letat-vient-a-la-rescousse-de-south-african-airways-5134331.html

La FAA se prononce contre la e-cigarette dans les bagages en soute

aj_bagages_securite

L’Agence de l’aviation civile aux Etats-Unis (FAA) a averti les compagnies aériennes, sur le risque d’incendie provoqué, par une cigarette électronique laissée dans un bagage en soute, ajoutant donc ce produit parmi la liste des produits interdits dans les bagages enregistrés.

La FAA a publié une alerte de sécurité à l’attention des compagnies aériennes, leur demandant  de faire en sorte qu’il n’y ait pas de e-cigarettes à l’intérieur de bagages en soute, et recommandant plutôt que les passagers les emportent avec eux en cabine. L’Agence gouvernementale américaine réglementant la sécurité des vols rapporte  plusieurs cas de surchauffe ou d’incendie de cigarettes électroniques.

Le 4 janvier dernier, un bagage, qui avait manqué son vol, a été retrouvé, prenant feu, dans une zone bagages de l’aéroport de Los Angeles. La responsable était une cigarette électronique dont l’interrupteur était accidentellement resté sur « on ». Un autre incident similaire a été rapporté à l’aéroport Logan de Boston, à bord d’un vol cargo.

Et en août dernier, de nouveau sur l’aéroport de Boston, l’incendie d’une e-cigarette avait provoqué l’évacuation des passagers d’un vol de JetBlue vers Buffalo-Niagara.

L’ Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) recommande déjà de bannir les cigarettes électroniques pour les bagages en soute.

http://www.air-journal.fr/2015-01-25-la-faa-se-prononce-contre-la-e-cigarette-dans-les-bagages-en-soute-5134325.html

Le Boeing KC-46 Pegasus entrera t-il en service en 2017 ?

Alors que le 28 décembre dernier l’avion réalisait fort discrètement son premier vol depuis la piste d’essais de Boeing Field, les responsables de l’aviation américaine se projettent déjà dans le futur. L’état major de l’US Air Force a fait savoir qu’il désirait mettre en service ses premiers Boeing KC-46A Pegasus dès 2017. Ils auront alors la mission de remplacer les plus anciens des Boeing KC-135 Stratotanker encore en service aux États-Unis.

Vainqueur d’une âpre compétition qui l’opposa à l’Airbus A330 MRTT, le Boeing KC-46A Pegasus est une version de ravitaillement en vol et de transport stratégique dérivé de l’avion de ligne à succès Boeing 767-200. Il est légèrement plus petit et dispose d’un rayon d’action moindre que son concurrent européen. Sa sélection par l’US Air Force fut d’ailleurs jugée comme purement politique, les aviateurs américains s’étant prononcés plutôt en faveur du biréacteur d’Airbus.

D’ici à leur entrée en service ce sont dix-huit avions qui sont attendus par l’aviation militaire américaine. Par la suite la cadence de production s’élèvera à quinze avions par ans sous dix ans.

Plus petit que le KC-135, il emporte pourtant un peu plus de carburant en soute, et dispose d’un rayon d’action presque double.

Cependant comme l’ont souligné de nombreux médias spécialisés, notamment américains, le KC-46A Pegasus sera incapable, à la différence de l’A330MRTT, de remplacer à l’horizon 2030 ou 2035 l’actuelle flotte des McDonnell Douglas KC-10A Extender gros porteurs. Le Pentagone devra donc lancer un nouveau programme, au risque de se retrouver en concurrence de nouveau avec Airbus. Certains suggèrent que cela pourrait permettre de développer dans un futur proche une version de ravitaillement en vol du biréacteur long-courrier Boeing 777.

Il est à signaler que la Colombie, l’Italie, et le Japon disposent de Boeing 767 ravitailleurs en vol, mais il ne s’agit pas là de KC-46A Pegasus. Ces machines sont des avions civils transformés au standard KC-767.

Photo © US Air Force.