Airbus Group tout azimut


Il y a quelques annes nous aurions pu faire le mme titre avec Boeing. Aujourdhui cest au tour dAirbus. Mais il semble quil y ait une diffrence majeure dans la stratgie dAirbus par rapport celle adopte il ny a pas si longtemps par celui qui a dtenu la ple position du march depuis lorigine de laviation commerciale.

Alors que Boeing a dlgu une partie non ngligeable de ses activits des partenaires pour ne pas utiliser ce terme de sous-traitants que certains jugent discriminatoires, Airbus sassocie. Et ne laisse pas lentire responsabilit de pans entiers du dveloppement de ses avions des entits indpendantes.

On en avait vu les prmices en mai lorsque Tom Enders le patron dAirbus Group avait proclam quil adhrait au Make in India . On savait dj que le groupe dans ses activits civiles, en bref Airbus , avait dj opt pour cette philosophie. Elle a dailleurs dj donn naissance Airbus Tianjin, une coentreprise pilote par Airbus quil dtient aux cts de Tianjin Free Trade Zone Investment Company Ltd. (TJFTZ) et dAVIC (Aviation Industry Corporation of China), et Airbus Mobile aux Etats-Unis (quil dtient 100 %) et qui sera inaugure le 14 septembre prochain. Chacune de ces chanes dassemblage final a une capacit assembler 4 Airbus A320 par mois. Elles sont calques sur celle dHambourg, principal site dassemblage de cette famille dappareils qui compte lA318, lA319, lA320 et lA321 et leurs versions ACJ et qui voient arriver la nouvelle version remotorise laquelle est donc adjoint le sigle neo pour new engine option.

Airbus, lavionneur, a men depuis des annes une politique, une stratgie industrielle dirais-je, qui lorigine avait pour objectif de faire partager les cots de dveloppement et de production des partenaires, mais il a toujours cherch conserver un certain regard sur sa production. Ainsi, alors mme que lancien patron du groupe Airbus avait lanc la scission dunits industrielles europennes afin quelles acquirent leur totale indpendance, on constate aujourdhui que mis part une unit en Angleterre cde GKN Aerospace et une en France cde Daher qui en dbut danne a choisit de faire disparatre le nom de Socata, les autres entits cres sont pour lheure restes au sein du groupe. Il sagit de Premium Aerotec en Allemagne qui sest construit autour des usines dAirbus Nordenham, Varel et une partie de celles dAugsbourg et de ce quil convient dappeler aujourdhui Stelia qui depuis le dbut 2015 associe Aerolia (les ex units dAirbus Maulte, une de ses units de St-Nazaire et une partie de son bureau dtudes Toulouse) et Sogerma ( Bordeaux et Rochefort). On peut videmment penser que ceci est une des tapes vers une consolidation plus pousse du secteur des arostructures. Mais pour lheure, Airbus garde un il attentif sur ces entits, soucieux de mener bien la monte en cadence de production des avions de la famille A350 XWB ainsi que celle des monocouloirs qui transite des A320ceo vers les A320neo.

Concernant toujours lavionneur Airbus, celui-ci ngocie actuellement avec la Chine la construction dune ligne damnagement intrieur et dun centre de livraison dAirbus A330. Ce qui se fera avec les partenaires traditionnels de lavionneur europen au sein de la chane existante Tianjin. Et cela la suite de la confirmation la semaine dernire Toulouse de lacquisition ferme de 45 appareils de ce type une intention de commande assortie dune option pour 30 autres exemplaires. Un projet qui nattendait que cette commande pour revenir sur le devant de la scne. Et donc chaque fois quAirbus simplante ailleurs que dans ses pays europens dorigine on constate quil le fait par un partenariat dont il matrise le pilotage.

Et lon peut constater que Tom Enders, le patron dAirbus Group uvre pour que le groupe quil dirige poursuive dans cette voie. Il ny a pas si longtemps en mai dernier, cest avec le groupe indien Tata que sa division Airbus Defense & Space a sign un accord afin quaprs quun lot de 16 appareils C295 soit livr sur tagre lInde, que 40 autres appareils soient assembls par Tata Advanced Systems dans son usine dHyderabad, dans le sud de lInde, au moyen dun transfert de technologie.

En ce dbut de mois de juillet, une missive de lagence Bloomberg nous informe quil a rencontr le Premier ministre vietnamien Nguyen Tan Dung Hanoi et quils ont voqu la possibilit de crer une unit de production de pices dAirbus au Vietnam. Ce pays a pass pour 9,8 milliards de dollars de commande lavionneur Airbus en moins de deux ans. L ce ne serait donc plus une stratgie de gagnant-gagnant que de donnant-donnant. Et en plus ce pourrait tre aussi un moyen daccrotre les capacits de production dAirbus qui doit augmenter ses cadences de production. Mais les discussions en cours-ou bauches au Vietnam, ne concernent pas uniquement lavionneur commercial Airbus. Cela concerne toutes les divisions dAirbus Group : les hlicoptres, la dfense et lespace.

Et lorsquon pense Airbus Group qui est sur tous les fronts, on ne peut que penser Airbus Helicopters qui vient de signer un accord de partenariat avec lIndien Mahindra Defence dans le but de produire des hlicoptres en Inde afin de rpondre aux besoins du pays. Un pays difficile aborder et qui a dj remis maintes fois en question depuis une dizaine dannes son appel doffres pour des hlicoptres de reconnaissance et de surveillance. Il pourrait sagir de quelque 200 appareils tandis que le pays a aussi un cruel besoin dhlicoptres multirles (plus de 120 machines) et dun certain nombre dhlicoptres destins remplacer des Alouette III vieillissantes.

Et ce nest pas tout car quelques mois avant, Airbus Helicopters avait sign un accord qualifi dhistorique avec la Chine aux termes duquel sur les 20 prochaines annes, le biturbine EC175 produit Marignane incorporera des quipements produits par le Chinois Avicopter, tandis que sa variante chinoise, lAC352 sera produite Harbin dans le nord-est du pays.

Nicole Beauclair pour Aeromorning