La gestion des drones

Il y a un an, la Federal Aviation Supervision (FAA) avait annoncé ses besoins en drones volants pesant moins de 55 kg. Les directives suggèrent que l’aviateur doive garder le drone à la vue tout le temps, ne dépassant pas 100 mi / h, et ne le lance que plusieurs heures de jour. Les pilotes devraient également signaler les incidents qui entraînent des blessures corporelles. Bien que l’ensemble des règles régissant l’utilisation d’un drone soit étendu et détaillé (vous pouvez le lire en entier ici même), les conditions requises pour apprendre à être un aviateur de drone sont relativement simples. Vous ne devriez pas avoir moins de 16 ans. Vous devez également déplacer un examen créé. Après cela, il est possible de prendre la fuite avec un drone enregistré. Et il devient de plus en plus facile de trouver une fonction qui vous compensera avec ce talent. Depuis les origines des services militaires, les drones sont apparus dans de nombreuses entreprises différentes, notamment l’immobilier, le cinéma et le marketing. Des entreprises telles qu’Amazon Online et les moteurs de recherche testent des moyens de produire des colis par drone dans un avenir prévisible, bien que les règles fédérales régissant la livraison de drones professionnels ne soient généralement pas en place et que plusieurs régions métropolitaines s’emploient à limiter l’utilisation de drones. Une déclaration publiée en 2013 par une équipe du secteur, Connection pour les techniques d’outre-mer sans pilote, prévoyait plus de 100 000 nouveaux emplois dans un avion sans pilote d’ici 2025. Les professionnels de PricewaterhouseCoopers ont prévu l’année dernière comment l’industrie internationale des applications professionnelles de la technologie moderne des drones pourrait arriver 127 millions de dollars d’ici à 2020. Pour répondre aux besoins d’emplois nécessitant des connaissances en matière de conduite de drones, des programmes d’entraînement apparaissent dans les universités et les organisations du pays. L’université sans pilote d’automobile (UVU), basée à Phoenix, est certainement une université qui se concentre sur la formation de pilotes de drones. UVU fournit des diplômes de troisième cycle en conception de solutions non habitées ainsi que des cours pratiques en aviateur. Les frais d’études pour une qualification de pilote de véhicule aérien sans pilote (UAV) se situent entre 3 500 et 4 000 dollars, et les étudiants n’ont pas besoin d’un niveau universitaire ni d’une exposition préalable aux drones. UVU, qui peut être à but lucratif, informe les organisations du secteur public (produits des forces armées, services de police et sociétés nationales) et les organisations privées en plus des étudiants individuels. CityLab a parlé à Paul Dragos, doyen du College of Trip Instruction de UVU, de l’ensemble du processus de pilotage de drones. Tout d’abord, c’est un immense marché en pleine expansion. Nous sommes maintenant dans une position précise, que cela nous plaise ou non, que les drones fassent désormais partie intégrante de notre vie quotidienne, presque au même titre que les voitures. Je suis donc motivé pour travailler dans une industrie qui fera partie intégrante de notre société. Vient ensuite la partie aviation. Pour un ancien pilote de la marine, je suis fasciné depuis des siècles par l’aviation et la montée en flèche. C’était un très bon match.