Un mini drone pour la Marine ?

En attendant l’acquisition d’un système de drone embarqué prévu dans l’actualisation de la loi de programmation militaire, la Marine Nationale pourrait acquérir des mini drones.

La lame de fond arrive du Var, où les avis du CEPA (centre d’expérimentations pratiques et de réception de l’aéronautique navale) et de la force d’action navale (FAN) convergent sur ce dossier qui doit désormais migrer vers Paris.

Les essais d’un minidrone fourni par Surveycopter (groupe Airbus) avaient déjà été menés en juillet 2014 à bord du patrouilleur de haute mer (PHM) Commandant Bouan. Sans suite, jusqu’à maintenant. Ce mini drone lancé depuis une catapulte apparaissait comme une bonne solution pour les nombreux navires n’ayant pas la possibilité d’héberger en permanence un hélicoptère ou qui pourraient bénéficier d’un drone en complément.

Reste, et ce ne sera peut-être pas le plus simple, à choisir le drone, entre Thales (Fulmar, développé en Espagne, vendu à l’Australie, et actuellement en cours d’affinement) qui croit à ses chances, tout comme Airbus (DVF2000 notamment), mais aussi les anglo saxons : Boeing (Scan Eagle, déjà déployé dans un grand nombre de marines dont la Royal Navy), AeroVironment (Puma, déjà acquis par les commandos marine à titre d’expérimentation). Avec ou sans rampe de lancement, récupérable sur plateforme hélicoptère, ou à la mer ?

Et avec quel budget, car pour l’heure, aucune ligne budgétaire n’est identifiée : l’achat, s’il est mené à terme, se ferait donc au détriment d’autres capacités.