Finnair montre des signes de bonne santé en étendant son réseau

La compagnie nationale finlandaise poursuit sa croissance et annonce l’ouverture d’un vol entre Helsinki et Nanjing à l’année, et deux nouvelles liaisons européennes pour son programme estival 2018, avec des vols directs depuis Helsinki vers Lisbonne et Stuttgart. En parallèle, Finnair augmentera ses fréquences de vols vers Bangkok, Chicago, Delhi, San Francisco, Tokyo. D’autres destinations populaires en Europe verront également leurs fréquences augmenter pour l’été prochain. Finnair entend ainsi étendre son réseau de plus de 100 destinations.

Renforcer l’offre asiatique …

Profitant de sa base Helsinki située en plein sur les routes d’Europe vers l’Asie, Finnair va ouvrir une route vers Nanjing, en Chine, qu’elle desservira toute l’année. Cette nouvelle ligne permet à la compagnie aérienne finlandaise d’accroître sa présence en Asie. Sur les bords de la rivière Yangtse, Nanjing est l’une des quatres anciennes capitales de la Chine. Elle est reconnue pour sa culture, et aussi une place économique forte de plus de 7 millions d’habitants. Le nouveau vol entre Helsinki et Nanjing sera opéré 3 fois par semaine en Airbus A330. Il quittera Helsinki les mardis, jeudis et dimanches, avec un retour depuis la Chine les mercredis, vendredis et lundis.

Avec l’ajout d’une nouvelle ville à son réseau, Finnair s’envolera vers 7 destinations en Chine continentale : Beijing (Pékin), Shanghai, Xi’an, Chongqing, Guangzhou et Hong-Kong.

… et mieux connecter la connecter à l’Europe

Finnair opérera par ailleurs 4 vols par semaine sur Lisbonne à compter du 1er juin 2018 les lundis, mercredis, vendredis et dimanches en Airbus A319 permettant aux passagers de faire escale à Helsinki et de profiter du réseau Finnair pour rallier l’Asie. La compagnie annonce également une route directe entre la capitale finlandaise et Stuttgart, effectuée sur Embraer à partir du 23 avril 2018.

« Le traffic entre l’Europe et l’Asie continue de croitre et l’expansion du réseau de Finnair offrira davantage de choix à nos passagers. Nous ajoutons également des fréquences et de plus grandes capacités d’accueil sur nos vols vers les destinations populaires européennes, ce qui nous permet aujourd’hui de répondre aux attentes de nos passagers venus d’Asie et d’Amérique du Nord, qui sont de plus en plus nombreu » a déclaré Juha Järvinen, Chief Commercial Officer chez Finnair.

Les voyageurs de Finnair pourront désormais rejoindre la métropole de Nanjing trois fois par semaine

Par Finnair, titres d’AeroMorning

Articles similaires

Cathay Pacific digitalise l’expérience passager

Dans le cadre d’une campagne de communication valorisant l’expérience voyageur, Cathay Pacific et Cathay Dragon ont produit leur propre mélodie, The Sounds of Travelling Well, une musique composée de sons enregistrés lors d’un voyage. Cathay Pacific a aussi développé une application pour partager ses souvenirs de voyage.

Inédit : une mélodie pour inviter les passagers à bien voyager

Cette mélodie originale, composée de sons enregistrés lors d’un voyage, a été réalisée en collaboration avec l’influenceuse malaisienne Bella Kuan lors d’un voyage entre Kuala Lumpur, Hong-Kong et le Japon. Transposée dans un clip vidéo, cette musique présente l’expérience de voyage premium proposée par les deux compagnies aériennes Cathay Pacific et Cathay Dragon.

Lien vers la vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=xOvmOVi6DIE

Pour Cathay Pacific et Cathay Dragon, faire du voyage une expérience unique relève de leur philosophie « Life Well Travelled » (en anglais « une vie bien voyagée ». Cathay Pacific et Cathay Dragon ont produit cette musique aspirant à la découverte pour promouvoir l’art de bien voyager.

Anna Choi, responsable de la compagnie en Malaisie et au Brunei, a déclaré : « The Sound of Travelling Well est une musique produite grâce aux très nombreux sons que l’on peut entendre lors d’un voyage. Nous sommes allés enregistrer des milliers de sons et les avons harmonisés pour en faire une mélodie unique. Nous espérons qu’elle inspirera chacun de nos voyageurs.»

Cathay Moments, une application pour découvrir son voyage autrement

Cathay Pacific a également lancé sa propre application Cathay Moments, qui permet aux voyageurs de la compagnie de partager avec famille et amis leurs plus beaux moments de voyage. Chaque voyageur peut télécharger via l’application ses vols effectués et ceux à venir avec Cathay Pacific ou Cathay Dragon afin de découvrir des informations telles que la distance totale parcourue, l’historique des villes visitées ou encore une carte du monde retraçant chaque vol avec Cathay Pacific ou Cathay Dragon. En plus, les utilisateurs peuvent personnaliser leur expérience en y ajoutant des photos prises tout au long du voyage, agrémentées de nombreux émoticônes offerts par la compagnie. Il est même possible de créer son propre avatar, pour des souvenirs uniques à partager. L’application est gratuite et téléchargeable sur l’Apple Store au lien suivant

Par Cathay Pacific

Articles similaires

Dubai International présente en avant-première une expérience de streaming de films gratuite

DUBAÏ, ÉAU, August 29, 2017 /PRNewswire/ —

Un partenariat avec ICFLIX renforce le service Wi-Fi de première catégorie de l’aéroport

L’expérience client à l’aéroport international de Dubaï (DXB) a encore fait un grand pas en avant avec les passagers désormais en mesure de regarder des films et des émissions de télévision gratuitement avant leur vol, grâce à un partenariat entre Dubai Airports et le fournisseur de contenu régional ICFLIX.

L’initiative combine l’expérience de Wi-Fi gratuit numéro un au monde de DXB, « WOW-Fi », avec le service de vidéo à la demande primé d’ICFLIX, permettant aux passagers d’accéder au tout dernier contenu d’Hollywood, Bollywood et Jazwood (arabe) depuis leurs smartphones et ordinateurs portables.

Il s’agit de la dernière d’une série de concepts sur mesure déployés par Dubai Airports au cours des derniers mois, avec notamment Wow-Fi, artDXB, le premier point de vente Jones the Grocer dans un aéroport et un tout nouveau salon de repos « sleep ‘n fly », avec plusieurs autres projets majeurs en préparation.

« Dubai Airports s’est donné pour mission de s’engager plus directement avec ses clients et de transformer l’expérience aéroportuaire pour des millions de voyageurs chaque mois. Nous avons l’intention de diriger l’application pratique d’outils numériques disponibles afin de dépasser les attentes des clients, à travers plusieurs points de leur voyage dans nos aéroports, y compris les demandes de davantage de variété au sein de l’expérience aéroportuaire. Nos investissements continus dans un produit Wi-Fi supérieur (Wow-Fi) permettent à nos clients de se connecter à un service gratuit et rapide, et nous visons désormais à enrichir cette plateforme avec du contenu géré et des messages utiles. Grâce à notre partenariat avec ICFLIX, les voyageurs à DXB peuvent maintenant accéder à du contenu de divertissement avant et entre les vols, et ce service est entièrement gratuit pour les utilisateurs. Nous sommes ravis de ce nouvel ajout à notre stratégie client, et impatients d’évaluer son impact », a déclaré Eugene Barry, vice-président exclusif des affaires commerciales et des communications chez Dubai Airports.

« Notre mission est d’offrir la meilleure valeur, sélection et expérience de divertissement en ligne à une base d’abonnés internationale en fournissant du contenu de Jazwood (arabe), Bollywood et Hollywood dans un même lieu. Nous venons aujourd’hui d’étendre cette clientèle potentielle de 90 millions de personnes, et sommes donc extrêmement satisfaits de ce partenariat et des opportunités qu’il fournit », a commenté Carlos Tibi, fondateur et PDG d’ICFLIX.

Le contenu sur ICFLIX est disponible en trois langues : arabe, anglais et français. Le service de vidéo à la demande est gratuit pour tous les passagers de DXB pour une période d’essai initiale de deux mois. Après cette période d’essai, Dubai Airports et ICFLIX évalueront l’avis des clients et les options pour de futurs services.

Lionel Suchet est nommé Directeur Général Délégué du CNES

Jean-Yves Le Gall, Président du CNES et à ce titre, chargé de la Direction Générale de l’Etablissement, a nommé Lionel Suchet, Directeur Général Délégué du CNES. Cette nomination fait suite à celle de Joël Barre en qualité de Délégué Général pour l’Armement. Elle est effective à compter de ce jour.

A cette occasion, Jean-Yves Le Gall, Président du CNES, a déclaré :

« A la suite de la nomination de Joël Barre en qualité de Délégué Général pour l’Armement, j’ai décidé de nommer Lionel Suchet, Directeur Général Délégué du CNES.

Je souhaite tout d’abord rendre au nom du CNES et en mon nom propre, un hommage appuyé à Joël Barre pour son action depuis 20 ans au sein du CNES, comme Directeur des Programmes, Directeur du Centre Spatial Guyanais et depuis mon arrivée en 2013, Directeur Général Délégué. Dans un environnement complexe, lié aux évolutions que connaît le secteur spatial, Joël a conduit de façon absolument remarquable, l’adaptation du CNES à ses nouveaux enjeux, ce qui fait qu’aujourd’hui, notre Etablissement est plus que jamais, une référence au niveau mondial. Je souhaite donc le remercier très chaleureusement pour son action et lui adresser tous mes vœux de succès dans ses nouvelles fonctions particulièrement prestigieuses.

Lionel Suchet va à présent assumer la fonction de Directeur Général Délégué du CNES. Parmi les différents candidats potentiels, j’ai décidé de nommer Lionel à ce poste pour trois raisons :

  • Sa parfaite connaissance du CNES et du Centre Spatial de Toulouse où, au cours des années à venir, vont se concentrer nombre d’enjeux auxquels le CNES sera confronté,
  • La façon remarquable dont au cours des deux dernières années, il a créé la Direction de l’Innovation, des Applications et de la Science et l’a menée au succès,
  • Son appartenance au Corps de l’Armement alors que le CNES assure de nombreuses missions pour le compte du Ministère des Armées.

Au total, je suis convaincu qu’avec Lionel, le CNES est en parfait ordre de marche pour relever les défis auxquels il est confronté, qui concerne ses cinq domaines d’activité, Ariane, les sciences, l’observation, les télécommunications et la défense et qui se déclinent autour des trois enjeux structurants de l’activité spatiale, l’innovation, le climat et l’exploration. »

Articles similaires

Des missiles français pour l’armée roumaine

A l’occasion de la visite du président français Emmanuel Macron en Roumanie le 24 août, et dans le cadre de l’accord stratégique entre la Roumanie et la France, le leader européen des systèmes de missiles tactiques MBDA a signé un protocole d’accord avec le groupe industriel de défense étatique Romarm et sa filiale Electromecanica Ploiesti.

De futurs contrats en perspective pour MBDA

Le président français Emmanuel Macron et le président roumain Klaus Iohannis ont assisté à la signature de ce protocole d’accord. Cet accord permettra aux trois parties de définir et de présenter aux Forces armées roumaines la meilleure proposition française, basée sur des systèmes de missiles tactiques de dernière génération, pour répondre aux besoins opérationnels des Forces roumaines en matière de défense antiaérienne. Conformément aux exigences du conseil suprême pour la défense nationale roumain (CSAT), et en accord avec le dispositif européen de Coopération Structurée Permanente (CSP), ce protocole favorisera le développement de l’industrie de défense roumaine au travers d’une coopération industrielle, de production locale et de transfert de technologie. Cela constituera également une étape importante du renforcement du pilier industriel européen de l’OTAN.

MBDA, un missilier français mondialement reconnu

Fort de ses implantations dans cinq pays d’Europe et aux États-Unis, MBDA a réalisé un chiffre d’affaires en 2016 de 3,0 milliards d’euros et dispose d’un carnet de commandes de 15,9 milliards d’euros. Avec plus de 90 forces armées clientes dans le monde, MBDA est un des leaders mondiaux des missiles et systèmes de missiles. MBDA est le seul groupe européen capable de concevoir et de produire des missiles et systèmes de missiles pour répondre à toute la gamme des besoins opérationnels présents et futurs des trois armées (terre, marine et air). Au total, le groupe propose une gamme de 45 programmes de systèmes de missiles et de contremesures en service opérationnel et plus de 15 autres en développement.

Par MBDA à Bucarest

Articles similaires

Les compagnies à bas coûts long-courriers auront-elles raison des compagnies classiques ?

Alors que certaines se disent à coûts optimisés, d’autres se revendiquent totalement « low-cost » : les nouvelles compagnies long-courriers à bas coûts fleurissent autour des destinations touristiques tendances. Sur un marché du transport long-courrier de plus en plus concurrentiel, la question de la pérennité des compagnies classiques se pose. Nous avons souhaité apporter un regard critique sur la philosophie et les méthodes de ces transporteurs qui verraient bien leurs adversaires traditionnels disparaître.

Le verre d’eau payant

Si vous cherchez où passer vos prochaines vacances, l’image d’une destination soleil très touristique vous a sûrement déjà traversé l’esprit. Tandis que vous imaginez des moments de détente sous le soleil, un sirop à la main, une voix au fond de vous vous ramène rapidement à la réalité : à quelle sauce les compagnies aériennes vont-elles encore vous cuisiner avec leurs tarifs excessifs ? Si ce questionnement était courant dans le passé, l’apparition des compagnies à bas-coûts long-courriers l’ont rendu aujourd’hui beaucoup moins fréquent. L’explosion du transport aérien amorcé par le phénomène du « low-cost » ne pouvait pas se limiter aux vols court-courriers et bien que des ténors comme EasyJet ou Ryanair n’aient pas étendu leurs réseaux au long-courrier, de nouveaux arrivants se sont déjà emparés d’un marché au potentiel prometteur.

Ces nouvelles compagnies s’appellent Norwegian, Air Asia X, French Blue ou XL Airways. Parmi elles, des habituées du transport bas-coûts, à l’image d’Air Asia X ou Eurowing, dont les avions court-courriers volaient déjà bien avant que leur PDG ne décident de franchir le cap du long-courrier. D’autres, telles Frenche Blue ou Norwegian se sont formées autour des voyages au long court. Avec des modèles économiques différents, toutes ont le même objectif : réduire les coûts des vols au plus bas pour appâter une clientèle en quête de tarifs accessibles. Si l’exemple des compagnies bas-coûts sans scrupule comme Ryanair et l’inexistence de leur service clients viennent à l’esprit, il semblerait toutefois que les bas-coûts long-courriers soient davantage sur le chemin du coût optimisé que sur celui du coût nul à tout prix. Comment ne pas proposer de services aux passagers sur des vols de plusieurs heures ? Inenvisageable … Soyons donc rassurés, le verre d’eau payant à bord des avions long-courrier n’est pas pour aujourd’hui.

La compagnie French Blue a de grandes ambitions sur le marché des destination ultra-touristiques

Services aux passagers

A l’occasion d’une conférence sur le transport long-courriers à faibles coûts en juin dernier, le PDG de la compagnie French Blue Marc Rochet présentait ce qui caractérise selon lui ce nouveau mode de transport. En affirmant que les compagnies semblables à la sienne devaient baser leur stratégie commerciale sur la possibilité pour le client d’inclure une multitude de services à son billet, il rappelait les fondements de l’offre « low cost ». Ainsi, le voyageur doit pouvoir acheter un billet presque sur mesure. Bagage, choix du siège, repas, en-cas, système de divertissement : les services proposés font vaciller les billets entre tarif de base défiant toute concurrence et tarif tout inclus. Mais l’appât du billet ultra économique est une illusion et cette philosophie demeure quelque peu sournoise, dans la mesure où les passagers voyageant d’un bout du monde à l’autre sans bagages en soute sont très rares. Pour obtenir un billet classique incluant le droit de voyager avec le nécessaire en soute, le repas et l’accès à quelques films (tout de même !), les tarifs grimpent vite : on peut alors se rapprocher de ceux pratiqués par les compagnies classiques.

La différence la plus flagrante avec les compagnies classiques repose dans le fonctionnement intrinsèque des compagnies à bas coûts. On l’ignore souvent, mais c’est davantage cette raison que la suppression des services à bord qui a permis de faire baisser considérablement le prix des billets. En optimisant tous leurs processus, leurs services administratifs et en tirant profit de la flexibilité que permet aujourd’hui la digitalisation, les transporteurs bas-coûts ont surtout appris à faire des économies là où leurs concurrents classiques n’ont pas su faire peau neuve. Une compagnie comme XL Airways a ainsi su doubler son chiffre d’affaires annuel en maintenant le même nombre d’employés.

Céder où riposter ?

Dans la plupart des cas, les billets des compagnies à bas coûts long-courriers restent moins chers que ceux de leurs concurrentes classiques, pour une offre relativement comparable. La menace est donc bien réelle pour ces dernières, notamment sur des lignes touristiques denses. C’est d’ailleurs sur ce terrain que des années de duels entre compagnies traditionnelles ont abouti sur des ententes tarifaires parfois odieuses pour les voyageurs. Les nouveaux noms du voyage à bas coûts sont venus mettre un sacré coup de pieds dans la fourmilière et savent que la migration de la clientèle vers leur offre se fera sans tarder. La question est de savoir jusqu’à quel point.

La Réunion fait partie de ces destinations où de nombreuses compagnies classiques ont longtemps détenu le monopole avant l’arrivée de concurrentes à bas coûts

Comment réagissent donc les compagnies classiques ? L’actualité aéronautique récente a montré qu’Air France envisage depuis plusieurs mois de créer sa propre compagnie long-courrier à coûts optimisés. Dénommée provisoirement Boost, elle montre à quel point les négociations avec les syndicats de pilotes sont compliquées. Cet état d’esprit propre aux navigants français pourrait bien coûter cher à la compagnie nationale. Quand la plupart des compagnies majeures européennes dispose déjà d’une compagnie bas-coûts, Air France a trop longtemps attendu avant de lancer sa propre marque, Transavia. Celle-ci accuse non seulement un retard considérable face à ses compétitrices mais elle reste en plus bridée dans son développement par des conventions signées avec les syndicats de navigants.

Outre Rhin, le titanesque groupe Lufthansa fait prospérer sa filiale bas-coûts Eurowings sur le marché du long-courrier avec une flotte qui comprend déjà six Airbus A330-200. On peut reconnaître en cela la lucidité incontestable des allemands en matière de stratégie économique. Fort désormais de cinq compagnies, le groupe Lufthansa peut envisager sereinement l’avenir et dispose des armes nécessaires pour venir concurrencer les nouveaux acteurs du marché du long-courriers bas-coûts. Gageons qu’Air France s’inspire de cet exemple et affiche des ambitions comparables, à défaut d’avoir su anticiper la croissance fulgurante des premières compagnies bas-coûts au début des années 2000.

Loïck Laroche-Joubert à Aubenas pour AeroMorning.com

Articles similaires

Airbus Asia Training Centre

The Airbus Asia Training Centre, located at Singapore’s Seletar Aerospace Park, offers pilot type rating and recurrent training courses for all in-production Airbus jetliner types. This video includes key details on the facility’s capabilities.

SERVING THE DYNAMIC ASIA-PACIFIC REGION

Located at Singapore’s Seletar Aerospace Park, the Airbus Asia Training Centre offers pilot type-rating and recurrent training courses for all in-production Airbus jetliner variants. It will have the capacity to offer courses for more than 10,000 trainees annually, becoming Airbus’ largest flight crew training facility when fully operational in 2019.

This joint-venture, owned 55 per cent by Airbus and 45 per cent by
Singapore Airlines, is housed in a 9,250-square metre facility and developed with a $100 million (U.S.) investment in building and simulators. Its initial instructor base is drawn from the resources of Airbus and Singapore Airlines, with the facility’s employees growing to 50 instructors and 20 support staff by 2019.

At full capability, the centre will operate eight full-flight simulators for the A350 XWB, A380, A330 and A320. Two more simulator bays are available for potential future development.

Articles similaires

Coulson Aviation Fireliner – révolutionnaire dans la lutte contre les incendies aériens

Coulson Aviation Fireliner – révolutionnaire dans la lutte contre les incendies aériens

Alors que Tangent Link se prépare pour sa conférence Aerial Firefighting Europe (Conférence sur la lutte contre les incendies aériens) au nouveau Base Aérienne de la Sécurité Civile à Nîmes, Alan Warnes parle avec Wayne Coulson, PDG, du Boeing 737-300s qui éteignait les incendies !

Basé à Vancouver, Coulson Aviation a acquis six Boeing 737-300s de Southwest Airlines. Mais ils ne transporteront pas les passagers – ils serviront à éteindre les incendies !

Le premier a été fourni à Alberni Valley Regional Airport de Spokane, Washington en mai 26 et le second suivra prochainement.

“Au cours de prochaines mois nous allons converger l’avion en Fireliner,” Wayne Coulson, le Président Directeur Général de Coulson Aviation a dit à l’auteur “C’est un révolutionnaire qui va nous séparer du reste du marché.”

L’avion complétera la transformation du Boeing 737’s en un avion de lutte contre les incendies aériens au siège de l’entreprise à Vancouver en intégrant la gravité développée par Coulson qui retarde le système de livraison aérienne (retardant aerial delivery system – RADS). “Il sera capable de transporter 4000 gallons d’eau ou de retardateur de flamme et chuter 2200 gallons par seconde. Une chose qu’aucun autre avion ne peut égaler.

“C’est trois fois plus que MAFFS (Système modulaire de lutte anti-incendie aéroporté) a modifié C-130 Hercules.” Coulson a ajouté avec enthousiasme.

Les travaux visant à transpercer le ventre du 737 pour créer la porte sous la fluide dans le réservoir étaient prévus pour juin 1 et continueront jusqu’au fin novembre. Lorsque les travaux seront terminés, l’avion départira au sud des Etats-Unis pour deux semaines afin de calibrer le réservoir pendant une série de chutes avec le Service forestier américain.

“Les jets ne sont pas visés à aller bas et lentement au poids brut maximale,” il a dit. “Mais Fireliner peut aller aussi lentement que 130 nœuds à 200 pieds au-dessus du sol. C’est pourquoi nous obtenons un débit aussi excellent dans le système. ”

“Il sera le seul au monde à posséder le système du réservoir informatisé Next Gen Smart, avec un ordinateur de bord qui a le GPS et l’altimètre radar” Coulson a continué.

Mais il ne s’agit pas exclusivement d’eau, Fireliner sera capable de transporter jusqu’à 63 passagers en même temps – le nombre qui est égal à trois équipes de lutte contre les incendies. La lutte contre les incendies ne sera pas le seul but du jet. Afin d’assurer que les avions sont en service pendant toute l’année, Coulson vise à les utiliser aussi pour disperser les produits chimiques et les marées noires sur demande.

Entretemps, de six avions qui finiront par collaborer avec Coulson, le troisième est attendu ce mois (juin) et les trois derniers en septembre.

Coulson Aviation opère aussi trois C-130H Hercules dans la configuration avion-citerne, qui sont équipés en système révolutionnaire RADS. Le quatrième rejoindra la flotte prochainement.

Wayne Coulson est sans doute un homme d’action. En 2007 il a acheté le Hawaii et Philippine Mars, l’avion bombardier d’eau le plus grand au monde afin d’augmenter les capacités de l’entreprise dans la lutte contre les incendies. Depuis l’achat des avions bombardiers d’eau, les améliorations importantes ont été effectuées sur Hawaii Mars afin d’augmenter ses standards d’aviation et sécurité pour la lutte contre les incendies moderne. Le « Next Generation » Hawaii Mars a un poste de pilotage en verre EFIS et il est possible de transmettre les données par live-stream en appuyant une touche à bord, systèmes d’indication. Autres types de données accessibles d’avion en temps réel comprennent le suivi du vol (Flight Tracking), les données sur la mesure du chargement (Load Data measuring), les statistiques sur la performance de l’avion (Aircraft Performance statistics), les conditions atmosphériques pendant les relevés des chutes (Atmospheric Condition at Drop readings) et les rapports précis sur les locations des chutes (Accurate Drop Location reporting).

Si vous souhaitez discuter du Fireliner avec l’équipe de Coulson Aviation, veuillez rejoindre Tangent Link pendant l’Aerial Firefighting Europe (Conférence sur la lutte contre les incendies aériens) qui aura lieu au nouveau Base Aérienne de la Sécurité Civile à Nîmes. L’entrée exclusive pour l’exhibition de €80.00 par personne comprend l’accès à l’exhibition pour deux jours (16 & 17 octobre), l’entrée complémentaire pour la réception de bienvenue (15 octobre) et l’accès complémentaire à l’affichage statique des avions et les démonstrations aériennes. Nous invitons les experts appropriés de la lutte contre les incendies aériens financés par le militaire ou le gouvernement à titre gratuit. Pour plus d’information veuillez contacter Julia Guy [email protected]ou téléphonez +44 (0) 7718 107762.

À propos de Tangent Link

Tangent Link a bâti une réputation formidable organisant les événements et conférences depuis 2003.Son objectif – transformer la manière dont les événements et conférences sont organisés en plaçant le client au centre de ce que nous délivrons et mettant ses besoins au premier place – n’a pas changé depuis 14 ans. Tangent Link a consacré des années pour comprendre les pays et les régions dans lesquels il opère. Notre réputation a été bâtie en organisant les conférences dans les matières aussi diversifiées que la lutte contre les incendies aériens, recherche et sauvetage ainsi que l’intelligence et la surveillance électroniques. Pour en savoir plus, veuillez visitez le site Internet du Tangent Link www.tangentlink.com.

Articles similaires

Qatar Airways – 100% de conformité dans l’audit de sécurité opérationnelle (IOSA) de l’IATA

Qatar Airways a atteint 100% de conformité dans l’audit de sécurité opérationnelle (IOSA) de l’IATA, confirmant ainsi qu’elle est l’une des compagnies aériennes les plus sûres et sécurisées au monde.

En tant que leader dans la sécurité aérienne, Qatar Airways a démontré un solide bilan en termes de sécurité. En effet, la compagnie a été la première au monde à atteindre 100% de conformité à l’IOSA en 2003 et a réussi à maintenir le cap les années suivantes, atteignant toujours les 100% de conformité en 2005, 2007, 2009, 2011, 2013 et 2015.

Non seulement Qatar Airways respecte les règles de sécurité internationales et d’équipement, mais la compagnie est également une des premières à appliquer les demandes en termes de sécurité des USA, du Royaume Uni et de l’Europe. Ce fut le cas, par exemple, avec la levée de l’interdiction des USA sur les appareils électroniques.

Le Président directeur général du groupe Qatar Airways, M Akbar Al Baker, a commenté : “Chez Qatar Airways, la sécurité est une de nos plus grandes priorités. Cette volonté se ressent dans tout ce que nous entreprenons. Nous sommes fiers d’être la première compagnie auditée par le programme IOSA en 2003 et nous sommes également fiers de maintenir notre record de sécurité en 2017. Cette prouesse assure que Qatar Airways continue de satisfaire les critères de sécurité mesurés par l’IATA. Je félicite tout le personnel pour cette réussite, qui est une reconnaissance de leur dévouement pour la sécurité de nos passagers.”

Articles similaires

easyJet – trafic passagers Juillet 2017

541 annulations sont à recenser en juillet 2017 contre 350 en juillet 2016. En juillet 2017, les destinations domestiques Nice et Toulouse restent une valeur sûre pour les touristes en recherche de soleil en France. En matière de destinations plage, les îles méditerranéennes (Sardaigne, Sicile) mais aussi la Croatie et l’Espagne attirent le plus de passagers au départ de Paris et des régions françaises.

1 Représente le nombre de sièges vendus par easyJet. Ces statistiques incluent tous les sièges vendus, que les passagers aient voyagé ou non car les sièges easyJet sont, généralement, non remboursables. Une fois le vol parti, un client qui ne se présente pas n’a généralement pas le droit de changer de vol ni de prétendre à un remboursement. Ces statistiques incluent également les sièges faisant partie des promotions et les sièges utilisés par les employés d’easyJet dans le cadre de voyages d’affaires.

2 Représente le nombre de passagers vs. le nombre de sièges disponibles à la vente. Ces statistiques ne sont pas pondérées par la durée des vols.

A propos d’easyJet :

easyJet est la 1ère compagnie européenne en termes de réseau. Elle allie avec succès le réseau le plus performant reliant les principaux aéroports européens, des tarifs très attractifs et un service de qualité. easyJet vole plus que n’importe quelle autre compagnie sur les routes les plus empruntées d’Europe. La compagnie transporte 78 millions de passagers chaque année dont plus de 12 millions sont des voyageurs d’affaires. easyJet dispose de 270 avions et propose un total de plus de 880 lignes, entre 140 aéroports dans 31 pays. Plus de 300 millions d’Européens vivent à moins d’une heure d’un aéroport desservi par easyJet. easyJet s’applique à être une entreprise responsable et emploie tous ses collaborateurs sous contrat local dans sept pays européens et ce, dans le respect des lois nationales et en reconnaissant les organisations syndicales. easyJet soutient de nombreux organismes de bienfaisance au niveau local et collabore également avec l’UNICEF pour venir en aide aux enfants les plus défavorisés. Depuis son lancement en 2012, le partenariat entre easyJet et l’UNICEF a levé plus de 9 millions de livres en faveur des enfants défavorisés.

easyJet prend très au sérieux le développement durable et le respect de l’environnement. La compagnie investit dans les dernières technologies, met en place une organisation efficace et maximise le taux de remplissage de ses avions. L’empreinte carbone du passager easyJet est ainsi inférieure de 22 % à celle d’une personne voyageant, sur la même route et avec le même avion, avec une compagnie aérienne classique. L’innovation fait partie intégrante de l’ADN d’easyJet. Depuis notre lancement il y a 20 ans, lorsque nous avons bouleversé les codes du transport aérien, à aujourd’hui, lorsque nous sommes moteur de l’industrie en matière de digital, web, ingénierie et innovation opérationnelle, toujours dans le but de rendre le voyage plus facile et accessible pour nos passagers

Articles similaires