Ne laissons pas s’échapper le Portugal et son pouvoir d’innovation


Cest malheureusement le cas tous les ts, les incendies de forts ou de pindes ont svi. En Aquitaine nous en avons eu en juillet. Sur la cte ouest des Etats-Unis ils se poursuivent tandis que le Portugal semble enfin stre dbarrass de ce flau qui nest pas uniquement climatique mais probablement criminel. Ces zones gographiques ne sont malheureusement pas les seules tre touches puisque lAustralie aussi connat tous les ans de tels sinistres. Un moyen de lutte est commun tous ces pays : les avions et les hlicoptres.

Les moyens ariens de lutte sont divers. Mais ils se rsument tous aux avions et hlicoptres. Pourquoi se prambule ? Parce quon pourrait imaginer que pour ce qui concerne lEurope, lutilisation des fameux Canadair – ce que nous appelons ici les bombardiers deau – auraient pu susciter limplantation de leur constructeur, le groupe Canadien Bombardier prendre pied en Europe autrement que par sa division ferroviaire dont il est en train de se dpartir. Il nen est rien.

Car le Portugal a attir non pas Bombardier, mais son plus virulent concurrent le Brsilien Embraer. Certes la langue est l pour aider aux changes, mais cela ne fait pas tout. Embraer y est all petit pas prenant tout dabord une participation dans la firme dEtat Ogma pour en devenir le principal actionnaire en 2005. Une entreprise aujourdhui florissante qui a largi ses comptences passant dun simple atelier de maintenance au service des forces armes portugaises celle dun fournisseur de rang 1 pour des programmes aussi varis que le Pilatus PC-12, le C295 dAirbus Defence & Space, lEC365 dAirbus Helicopters, les Falcon de Dassault Aviation ou encore le KC-390 dEmbraer, pour nen citer que quelques uns.

Mais le Portugal a paru si attrayant Embraer qui souhaitait mettre un pied en Europe, quil a choisi dy constituer deux centres dexcellence qui nexistaient pas au Brsil et qui ont tous deux t inaugurs en mme temps, en septembre 2012.

Il sagit des entreprises distinctes Embraer Compositos et dEmbraer Metalicas qui travaillent pour les trois divisions dEmbraer : laviation commerciale, laviation daffaires et les avions militaires.

A lencontre de son grand comptiteur, Embraer a donc pris pied au Portugal alors que Bombardier a dcid de sinstaller au Maroc.

Loin de moi lide de faire lapologie de lun ou lautre des pays. Mais il semble bien que lintuition dun certain industriel franais, le PDG du groupe Lauak, de sinstaller au Portugal fait bien des mules en ces temps perturbs par les difficiles gopolitiques du monde arabe.

Le choix qua fait Lauak de simplanter au Portugal plutt quau Maghreb remonte 2003. Et son patron, Jean-Marc Charritton expliquait dj quil avait t grandement men par des raisons de stabilit politique, de cot de logistique (il ny a pas de rupture modale entre le Portugal et la France) et que ce pays dispose de personnel soit dj form aux technologies aronautiques (grce la prsence dOgma ou de TAP Engineering), soit parce quil est prt recevoir la formation adquate. Et outre les universits, le Portugal a mis sur place des coles de formation pour le secteur aronautique (IEFP) dont celui dEvora, inaugur en 2012, (matriaux composites, traitements de surface, atelier dassemblage-rivetage, impression 3D, contrle qualit, formation linformatique sur logiciel Catia, Autodesk, MasterCam, etc. Un centre un petit peu plus ancien avait dj vu le jour sur le site de Setubal o est implant Lauak.

Lauak qui a depuis fait des mules mme auprs dentreprises qui avaient dj pris pied dans les pays maghrbins.

Ainsi, Mecachrome implant non seulement en Tunisie mais aussi au Maroc a mis en place fin 2014 un atelier sur la Bluebiz Global Parques Setubal. Une installation en location qui lui permet dtudier les alternatives qui lui sont offertes car il a bien lintention de sagrandir. Ce ne sont pas les 2 700 m2 lous qui lui suffiront, mais 20 000 m2. Un programme ambitieux mais qui rpond aussi aux montes en cadence chez ses principaux clients, quil sagisse des avionneurs et leurs fournisseurs de rang 1 tel que Stelia ou encore des motoristes avec Safran, notamment. Des activits portugaises qui ont dbut avec la chaudronnerie mais qui se renforcent dj progressivement dans lusinage avec larrive des premires machines.

Trois associations, la Pemas (pour laronautique), Proespao (pour lespace) et Danotec (pour la dfense) soutiennent les industriels et pour peser plus au niveau international, ces trois entits ont dj adopt un logo unique lAED Portugal, des locaux et un personnel commun. De quoi optimiser les cotisations des 68 entreprises adhrentes et davoir une meilleure visibilit au niveau europen. Cest une premire tape vers la cration dune seule entit juridique. Mais cela a dj eu pour effet dtre intgr dornavant comme partenaire de CleanSky 2. Au total, lAED affiche un chiffre daffaires qui dpasse les 1 700 millions deuros pour un effectif dun peu plus de 18 000 personnes.

Lattractivit du Portugal ne se rsume pas seulement limplantation dentreprises trangres, elle consiste aussi dans lesprit dinnovation que laisse transparatre ses industriels. Sans mme attendre dtre partie prenante dun programme europen voir seulement national, un groupe de 4 industriels ont lanc au dbut de la dcennie un programme de R&D qui avait culmin avec la prsentation au salon du Bourget 2013 dune maquette dun fuselage davion daffaires futuristes. Un concept qui avait dailleurs t prim au salon Aircraft Interiors Hambourg laissant sur place le projet prsent par Airbus.

En 2015, toujours sur les bases de lautofinancement le consortium portugais (Almadesign, Inegi, SET et Embraer Compositos) et en partenariat avec Embraer SA au Brsil, a lanc le programme NewFace dont les trois concept davions ont t prsents cette anne au salon du Bourget : un concept davions bipoutre dcollage court, lUtility, un avion de type 150 places avec une voilure haubane vers larrire formant bote de torsion capable daugmenter les caractristiques arodynamiques de lappareil, cest le projet Box Wing, tandis que lavion daffaires qui dcoule du projet Life est surnomm V-Tail ce qui rappelle sa drive en V et sa voilure qui a adopt des winglets.

Ce consortium na pas dit son dernier mot pour lavenir car la jeune quipe qui le pilote cogite sur bon nombre dautres sujets afin de faire merger des technologies matures pour le tournant des annes 2030. Ainsi dj dans ses cartons existe un projet davions non pas deux couloirs mais trois couloirs avec un fuselage ovale. Un concept dailleurs que les Russes avaient dj imagin dans les annes 1990 avec le Tu-304 et repris maintenant avec le projet Frigate Ecojet filiale du consortium Rosavia et qui pourrait tre produit ailleurs quen Russie pour un premier vol toujours programm pour lhorizon 2019 et une mise en service commerciale en 2021.


Nicole Beauclair pour AeroMorning

Les États-Unis déploient le F-22 en Europe

Dans Actualité Défense

Publié le 25/08/2015 à 10h48, par Guillaume Belan
Les États-Unis déploient le F-22 en Europe
F-22 © US Air Force

Le message est clair. Washington sort l’artillerie lourde pour faire pression contre les agissements russes.

« Nous allons déployer très bientôt des F-22 en Europe pour répondre aux demandes du commandement militaire sur place, et dans le cadre de notre notre initiative de soutien aux Européens » face à la Russie, a expliqué la secrétaire à l’Air Force Deborah Lee James lors d’une conférence de presse.

Aucune précision n’a été apportée sur le nombre de chasseurs, l’endroit de leur déploiement ou le calendrier. Ce qui est sûr, c’est que ce déploiement fait parti des mesures de « réassurance » des pays OTAN envers ceux baltiques, fragilisés par les agissements russes, notamment en Ukraine.

Il s’agira du premier déploiement en Europe du dernier né des chasseurs américains de supériorité aérienne. Et de son second déploiement en opération, suite aux bombardements que le Raptor a réalisé en Syrie.

Une bonne occasion également pour s’entrainer avec les chasseurs européens et tester leur interopérabilité, a précisé le chef d’état major de l’US Air Force, le général Mark Welsh James.



A LIRE EGALEMENT

Les F-22 portés au standard 3.2B à partir de 2019

Les F-22 portés au standard 3.2B à partir de 2019

L’US Air Force a lancé en juin 2013 un programme de modernisation du chasseur furtif F-22 intitulé Increment 3.2B. Il a…

[ Lire la suite ]

Réagir

Baptême du feu pour le F-22

Baptême du feu pour le F-22

Après 11 ans de service le F-22 a pour la première fois délivré de l’armement en opération. Plusieurs médias…

[ Lire la suite ]

Réagir

Programme T-X  : Lockheed pourrait envisager de repartir de zéro

Programme T-X  : Lockheed pourrait envisager de repartir de zéro

Après Northrop Grumman, c’est maintenant au tour de Lockheed de garder sous la main une alternative possible concernant le programme T-X….

[ Lire la suite ]

Réagir


Vous devez être identifié pour poster un commentaire.

Utilisez les formulaire ci-dessous pour créer un compte ou vous identifier.

Identifiez-vous

Enregistrez-vous

Livraison à la Thaïlande de quatre EC725

Dans Actualité Défense, Actualité Hélicoptères militaires

Publié le 25/08/2015 à 10h56, par Emmanuel Huberdeau
Livraison à la Thaïlande de quatre EC725
La Thaïlande a réceptionné quatre EC725 © Anthony Pecchi

Airbus Helicopters a annoncé le 25 août 2015 la livraison à l’armée de l’air royale thaïlandaise de quatre hélicoptères EC725 (H225M). Les appareils avaient été commandés en 2012. En 2014, la Thaïlande a commandé deux autres hélicoptères du même type qui seront livrés en 2016.

Les EC725 serviront au sauvetage et au transport de troupe. Selon Airbus Helicopters ils devraient être opérationnels dés la fin du mois d’août.

Au sein de l’armée de l’air thaïlandaise, les EC725 évolueront au côté des Bell 412 et des UH-1H. L’armée de Terre thaïlandaise met également en oeuvre des hélicoptères dont principalement des UH-1H et des Bell 212. La Marine thaïlandaise a commandé un autre type d’appareil d’Airbus Helicopters, l’EC645.

En Asie du sud est, l’EC725 a également été sélectionné par l’Indonésie qui a commandé 6 appareils et par la Malaisie qui opère 12 hélicoptères de ce type.

L’EC725 est un succès commercial, puisque le Caracal, en service en France, a été vendu également au Kazakhstan, au Brésil, en Arabie Saoudite, au Méxique et à la Tunisie. Il équipera également la Pologne.



A LIRE EGALEMENT

Début des essais d'intégration de l'Exocet sur l'EC725

Début des essais d’intégration de l’Exocet sur l’EC725

Airbus Helicopters et sa filiale brésilienne (à 85 %) Helibras ont démarré les essais en vol pour l’intégration du…

[ Lire la suite ]

Réagir

Crash du Hunter T7 : la CAA modifie la réglementation

Dans Actualité Aviation légère et d’affaires, Actualité Aviation Civile

Publié le 25/08/2015 à 11h45, par Antony Angrand
Crash du Hunter T7 : la CAA modifie la réglementation
Un Hawker Hunter T7 similaire à celui qui s’est écrasé le 22 août, lors du show aérien de Shoreham. © Adrian Pingstone

Suite au crash du Hawker Hunter T7 biplace G-BFXI ex WV372, qui s’est produit lors du show aérien de Shoreham, et qui a entraîné la mort d’au moins onze personnes, la CAA a décidé de modifier la réglementation concernant les évolutions des jets anciens.

Dorénavant, ces derniers ne seront pas autorisés à effectuer des évolutions autres que de simples survols de la foule venue assister à la manifestation aérienne. D’autre part, toute la flotte actuelle de Hawker Hunter est pour le moment consignée au sol dans l’attente des suites de l’enquête qui a été lancée.

L’accident s’est produit le 22 août, à la suite d’une boucle effectuée par le pilote, Andrew Hill. Ce dernier, âgé de 51 ans, a accumulé 12 000 heures de vol. Commandant de bord au sein de la compagnie aérienne British Airways, il avait précédemment volé sur Harrier et servi en qualité d’instructeur au sein de la Royal Air Force avant de rejoindre British Airways.

L’appareil, en sortie de boucle terminée à basse altitude, s’est écrasé sur la nationale A27 qui est l’une des routes figurant parmi les plus fréquentées de Grande-Bretagne. Lors de l’impact, le Hunter a explosé et ses débris ont percuté plusieurs voitures. Andrew Hill, grièvement blessé, a pu être extrait des restes de son appareil avant d’être admis à l’hôpital et mis sous coma artificiel.

En Grande-Bretagne, c’est le plus grave accident depuis celui qui se tint lors du salon de Farnborough en 1952, au cours duquel l’un des plus fameux pilotes d’essais britannique, John Derry, perdit la vie aux commandes du de Havilland DH110 en essayant de passer le mur du son en piqué. 31 personnes furent tués.



A LIRE EGALEMENT

Troisième accident pour le Phenom 100

Troisième accident pour le Phenom 100

Un Embraer EMB-500 Phenom 100 de l’opérateur americain Sage Aviation s’est écrasé sur une maison lors de sa phase d’approche sur…

[ Lire la suite ]

Réagir

17 aviateurs français touchés par le crash d'un F-16 grec en Espagne (Actualisé)

17 aviateurs français touchés par le crash d’un F-16 grec en Espagne (Actualisé)

Le bilan n’est pas encore définitif. Mais il est déjà terrible. Le ministère de la défense a annoncé que le…

[ Lire la suite ]

Réagir

Crash à Albacete :

Crash à Albacete : « Une malchance totale »

Ce matin le général Mercier, chef d’Etat Major de l’armée de l’Air, visiblement ému, est revenu devant la presse sur…

[ Lire la suite ]

Réagir


Vous devez être identifié pour poster un commentaire.

Utilisez les formulaire ci-dessous pour créer un compte ou vous identifier.

Identifiez-vous

Enregistrez-vous

Les NH90 NFH belges prennent l’astreinte SAR

Huit ans après la signature du contrat d’achat, en 2007, l’armée belge a déclaré le 21 août opérationnels ses trois premiers hélicoptères NH90 en version navale (NFH), qui remplaceront totalement d’ici fin 2018 les vénérables Sea King dans le rôle de la recherche et du sauvetage (« Search and Rescue », SAR) en mer et sur terre, au départ de la base de Coxyde (nord-ouest).

Le « patron » de la composante Air, le général-major Fréderik Vansina, a remis au commandant de l’unité qui chapeaute la base de Coxyde, le 1er wing de Beauvechain, le colonel Georges Franchomme, le certificat attestant que la 40ème escadrille a atteint sa « capacité opérationnelle initiale » (« Initial Operational Capacity », IOC).

Une démonstration de sauvetage au cours de laquelle un Sea King a cédé le relais à un NH90 Caïman, sous l’oeil attentif du ministre belge de la Défense, Steven Vandeput, a conclu la cérémonie.

Depuis le 24 août, les NH90 NFH – des appareils peints en gris pour les distinguer de leurs congénères de transport tactique (TTH), à la livrée kaki, assurent donc la permanence pour le secours en mer, à terre (en cas d’accident aérien), de transport de blessés ou d’organes deux semaines sur trois. La troisième semaine sera encore assurée par les derniers Sea King quasi-quadragénaires.

Cette situation perdurera jusque fin 2018, quand les Sea King seront définitivement retirés du service, a précisé le commandant de la base de Coxyde, le lieutenant-colonel Evert Cuppens, rappelant que le premier NFH avait été livré en mai 2014, avec des années de retard sur le calendrier initial.

Le quatrième et dernier hélicoptère sera livré début 2016, dans la configuration la plus récente. Construit comme les trois autres à l’usine d’Airbus Helicopters à Donauworth (sud de l’Allemagne), il vient d’être réceptionné par la Défense.

D’ici fin 2018, la 40ème escadrille va former davantage d’équipages (neuf à terme, contre quatre actuellement) et se préparer aux opérations maritimes à bord des deux frégates de type M (pour multirôles) de la Marine belge, rachetées d’occasion aux Pays-Bas.

Les huit NH90 belges avaient été commandés en juin 2007 pour un montant de près de 300 millions d’euros, alors que deux options n’ont jamais été converties en raison des économies imposées à la Défense.

Gripen au Brésil : le contrat de financement est signé

Dans Actualité Défense

Publié le 25/08/2015 à 16h38, par Guillaume Belan
Gripen au Brésil : le contrat de financement est signé
Gripen NG © SAAB

Le Brésil et la Suède ont signé ce matin le contrat de financement des 36 appareils Gripen NG, incluant les systèmes d’armes, rapporte notre confrère brésilien Defesanet. Le montant total s’élève à 5,4 Mds de dollars. Sans surprise, le partenaire industriel local principal est Embraer.

« Ce projet est une décision stratégique pour assurer la souveraineté nationale de l’espace aérien brésilien, » a déclaré le ministre brésilien Jaques Wagner. Le Brésil doit disposer de 28 Gripen E monoplaces et 8 Gripen F biplaces. Le contrat prévoit la fabrication locale de 15 appareils. Les livraisons s’étaleleront entre 2019 et 2024.

Il s’agit d’une étape importante pour le programme Gripen brésilien. Bien que le choix ait été annoncé en 2014 en faveur du Gripen et au détriment du Rafale, la conjoncture économique tendue faisait peser quelques doutes sur ce contrat. Au final Brasilia a jugé le besoin de remplacement de sa flotte vieillissante de chasseurs Mirage 2000, prioritaire.

Pour Saab, c’est un contrat vital dans la poursuite du développement de la nouvelle mouture NG de son appareil.


MOTS CLES


A LIRE EGALEMENT

Le Legacy 500 entre en service

Le Legacy 500 entre en service

A quelques jours de la convention américaine de la NBAA (du 21 au 23 octobre à Orlando, Floride), Embraer enregistre une bonne nouvelle….

[ Lire la suite ]

Réagir

Embraer : son KC-390 sortira d'usine le 22 octobre

Embraer : son KC-390 sortira d’usine le 22 octobre

Exclusif : c’est le 22 octobre prochain que le KC-390, le futur avion de transport et ravitailleur conçu et développé par…

[ Lire la suite ]

Réagir

NBAA 2014 : Embraer obtient la certification américaine du Legacy 500

NBAA 2014 : Embraer obtient la certification américaine du Legacy 500

Le Legacy 500 vient de faire un grand pas en avant dans sa carrière opérationnelle. Celui qui est présenté comme…

[ Lire la suite ]

Réagir


Vous devez être identifié pour poster un commentaire.

Utilisez les formulaire ci-dessous pour créer un compte ou vous identifier.

Identifiez-vous

Enregistrez-vous

Air Madagascar : Airbus A340 out, Boeing 737-800 in

La compagnie aérienne Air Madagascar a annoncé l’arrivée dans sa flotte d’un Boeing 737-800 pris en leasing, qui sera déployé sur les routes intérieures et régionales. Mais son Airbus A340-300 islandais est en maintenance, entrainant la suspension jusqu’à nouvel ordre de la route entre Antananarivo et Paris.

Le quadriréacteur A340-300 TF-EAB de la compagnie nationale malgache n’a pu effectuer le 18 aout 2015 la rotation habituelle entre l’aéroport d’Antananarivo-Ivato et Paris-CDG : alors que les passagers se préparaient à l’enregistrement, l’avion a été remorqué vers les hangars de maintenance suite à une panne non précisée, et le vol a été annulé. Air Madagascar indique depuis sur son site que « la ligne entre Antananarivo et Paris est temporairement suspendue. Un nouveau programme de vol sera communiqué dès rétablissement de la desserte ». Rappelons qu’elle avait prévu d’opérer cet été cinq rotations hebdomadaires sur cette route (tous les jours sauf mardi et samedi), dont deux via Marseille le lundi et le jeudi, à bord de l’A340-300 pouvant accueillir 30 passagers en classe Affaires, 21 en Premium et 224 en Economie (affrété en Islande puisqu’elle figure toujours dans l’Annexe B de la liste noire européenne).

La compagnie avait déjà subi une autre panne, touchant cette fois un Boeing 737-800. Elle était donc fière d’annoncer jeudi l’arrivée à Ivato d’un nouvel appareil du même type en provenance de Shanghai. Construit en 2007 et immatriculé 5R-EBA, ce 737-800 pris en leasing (comme les ATR 72-600), ce 737-800 est configuré pour accueillir 8 passagers en classe Affaires et 156 en Economie. Il sera mis en service dès aujourd’hui : « sur le plan national, il servira les lignes Antananarivo – Nosy Be et Antananarivo – Mahajanga, en attendant Morondava, Fort-Dauphin et Toliara. Ce choix correspond aux attentes des opérateurs touristiques de l’île de Nosy Be qui – depuis des années – réclamaient une densification des dessertes aériennes », précise Air Madagascar dans un communiqué. Sur le plan régional, ce « nouveau fleuron de la flotte » reliera la Grande Ile aux îles-sœurs La Réunion, Maurice, Mayotte, et Moroni sans oublier Johannesburg. La compagnie « ambitionne de desservir de nouveau Nairobi dans les prochains mois ».

« La compagnie nationale a traversé des difficultés ces derniers mois. Elles sont liées notamment aux problèmes liés à la flotte. L’arrivée de ce Boeing répond à cette préoccupation », a expliqué Léon Rajaobelina, le Président du Conseil d’Administration d’Air Madagascar. Sur le plan technique, les techniciens d’Air Madagascar « ont une connaissance particulière du 737 car la compagnie travaille avec ce type d’appareil depuis près de 40 ans ». L’acquisition en leasing de ce 737-800 chez ICBC en Chine permettra de remettre sur les rails Air Madagascar, poursuit le communiqué, et il sera « le pivot d’un programme de vols qui devrait retrouver son cours normal d’ici la fin de l’année, selon les projections ». Et la compagnie affirme que d’ici lundi prochain, les appareils qui ont connu des pannes seront fonctionnels. Le programme de vols pourra donc retrouver peu à peu son rythme de croisière normal.

Léon Rajaobelina a profité de l’occasion pour évoquer l’audit opéré par l’Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA), qui a pris fin hier avec la reconduction de la certification Part 45. « Il est important de souligner que cet audit concerne la maintenance. Les auditeurs ont globalement affiché des motifs de satisfaction, malgré quelques notifications. La reconduction du Part 145 est importante pour Air Madagascar car la certification permettra de pouvoir assurer la maintenance de nos appareils et ceux d’autres compagnies qui desservent Madagascar ». L’EASA avait avancé son audit suite aux ennuis de la compagnie, entre la grève de plusieurs semaines et les pannes à répétition. Il faut souligner que cet audit porte également sur le gestionnaire de l’aviation civile malgache ; rappelons aussi qu’Air Madagascar assure à Ivato la maintenance des avions d’Air France et Air Austral entre autres.

http://www.air-journal.fr/2015-08-21-air-madagascar-airbus-a340-out-boeing-737-800-in-5148842.html

Syphax Airlines : retrait du titre, séquestre des billets non volés

air-journal_Syphax A320

Vingt jours après l’annonce de la suspension de tous ses vols, la compagnie aérienne Syphax Airlines va voir son action retirée de la Bourse de Tunis, pour manquements à ses obligations d’information financière. Et elle ne pourra accéder aux sommes versées pour les billets de vols non effectués.

Le site Tustex a publié le 20 aout 2015 une note du Conseil du marché financier (CMF) engageant une Offre publique de retrait (OPR) sur le titre Syphax Airlines, en raison du manquement de la société à ses obligations vis-à-vis de la réglementation boursière. Le CMF reproche à la compagnie privée tunisienne, qui était entrée en bourse en avril 2013, de ne pas avoir publié ses résultats depuis septembre 2014. Mais aussi d’avoir communiqué des états financiers erronés en 2013, que ce soit sur son chiffre d’affaires, son endettement, ses charges ou ses actifs. Selon Tustex, le CMF évoque également une correspondance dans laquelle les commissaires aux comptes font part de la détérioration de la situation de Syphax Airlines, compromettant sa capacité à poursuivre ses activités.

Le fondateur et ancien dirigeant de Syphax Airlines Mohamed Frikha a été entendu par le CMF le 17 août ; en tant qu’actionnaire majoritaire, il devra « soumettre les actions de la société a une offre publique de retrait sur les 2 402 671 actions constituant le flottant, au prix unitaire de 3,900 DT. L’offre s’étalera du 21 septembre au 30 octobre 2015 ». L’action de Syphax Airlines était cotée 10 dinars lors de son entrée ne bourse.

Syphax Airlines avait annoncé le 29 juillet la suspension provisoire de tous ses vols depuis et vers la Tunisie, officiellement suite à sa suspension du BSP, laissant sur le tarmac de nombreux passagers ayant déjà payé leur billet d’avion. Une situation qui a poussé le Syndicat National des Agences de Voyage (SNAV) à intenter un référé afin de « bloquer les sommes afférentes aux émissions de juillet sur cette compagnie devant être versées au BSP le 17 août ». Le syndicat a eu gain de cause : selon son communiqué de mercredi, le jugement rendu le 13 août dernier par le TGI de Paris « est favorable aux agences de voyages », et « un remboursement des billets et coupons non volés pourra intervenir une fois ceux-ci validés par IATA et la compagnie ». Syphax Airlines avait plaidé – sans convaincre – sur le caractère provisoire de la suspension des vols, et sur les aides annoncées par l’Etat tunisien afin de conserver les sommes reçues pour les vols programmés à compter du 30 juillet mais pas effectués. Ces sommes sont désormais sous séquestre.

http://www.air-journal.fr/2015-08-21-syphax-airlines-retrait-du-tire-sequestre-des-billets-non-voles-5148840.html

Etihad Airways lance des tarifs sur mesure

La compagnie aérienne Etihad Airways a dévoilé Fare Choices, un « nouveau concept de tarifs plus adaptés offrant plus de transparence aux passagers », qui leur permet de composer leur voyage selon leurs besoins. La limite pour les bagages change d’un concept de poids à un concept de nombre de bagages dans la majorité des marchés.

Dans son communiqué du 20 août 2015, la compagnie nationale des Emirats Arabes Unis annonce la mise en place le 14 septembre de son nouveau concept Fare Choices, « afin de proposer aux passagers un voyage sur-mesure avec plus de choix et de transparence lors de la réservation ». Un total de huit nouveaux choix de tarifs sera introduit, permettant aux passagers d’adapter leurs réservations à leurs besoins personnels. Toutes les réservations de billets proposeront alors distinctement plusieurs Fare Choices. La classe Economie comprendra les « Economy Breaking Deals », « Economy Saver », « Economy Value » et « Economy Freedom ». La classe Affaires sera composée de « Business Breaking Deals », « Business Saver » et « Business Freedom ». Enfin la Première classe ne comprendra quant à elle qu’une seule gamme de tarifs « Freedom ». Ces choix de tarifs transparents diffèrent en termes de franchise de bagages, flexibilité, et avantages inclus, qui autrement doivent être achetés séparément. De plus, une politique de franchise de bagages adaptée fournira aux clients une structure standardisée à travers les partenaires du réseau d’Etihad Airways, tout en réduisant les frais d’excédents de bagages sur la plupart des routes.

Une nouvelle politique sur les bagages a également été annoncée pour répondre de manière plus flexible aux besoins des clients individuels et pour permettre un meilleur alignement entre Etihad Airways et ses partenaires de réseau. Dans le cadre de ce changement, le coût de l’excédent de bagages sera réduit de façon spectaculaire sur la majorité des Fare Choices. Sur certaines routes, le coût de l’achat d’un bagage supplémentaire de 23kg sera réduit jusqu’à 90%, avec une réduction supplémentaire allant jusqu’à 30% s’il est effectué directement auprès d’Etihad Airways, 24 heures avant le départ du vol. La nouvelle politique sur les franchises de bagages sera également mise en place pour toute réservation à partir du 14 septembre 2015.

Peter Baumgartner, directeur commercial d’Etihad Airways, a déclaré : « le but est de proposer plus de choix aux voyageurs. Dans la plupart des secteurs, il y a une tendance permettant aux clients d’adapter et de personnaliser leur expérience, et nous le proposons également. Quand il s’agit de réserver un billet d’avion, les besoins de chacun ne sont pas les mêmes. Certains clients veulent voyager léger et à moindre coût, alors que d’autres veulent pouvoir se décider à la dernière minute, transporter plus de bagages et gagner des miles. Par exemple, si un client désire plus de flexibilité, plus de bagages et un accès prioritaire à l’enregistrement, il peut choisir le tarif ‘Economy Freedom’ ».

http://www.air-journal.fr/2015-08-21-etihad-airways-lance-des-tarifs-sur-mesure-5148837.html

Ryanair : progrès sur Facebook et concours en cours

air-journal_Ryanair 30names_Aug20

La compagnie aérienne low cost Ryanair a passé le cap des 250 000 abonnés Facebook six semaines après son arrivée sur le réseau social. Et elle rappelle qu’il ne reste que dix jours à ces mêmes abonnés pour tenter de gagner le droit d’avoir son visage affiché sur le fuselage d’un de ses avions.

La spécialiste irlandaise du vol pas cher annonce le 20 août 2015 avoir célébré son record de 250,000 abonnés Facebook, atteint en seulement six semaines. La page Facebook de Ryanair présente les dernières les informations sur les lignes, les compétitions et les offres, ainsi qu’un service client en temps réel, « en plus de sa forte présence sur les pages Twitter, YouTube, Instagram, LinkedIn et Google+ ».

Afin de célébrer son nouveau compte Facebook et son 30ème anniversaire, Ryanair avait lancé un jeu concours30 Noms 30 Avions’, offrant à 30 fans la chance d’avoir leur nom et leur photo sur l’un de ses Boeing 737-800. L’inscription se fait sur la page Facebook de Ryanair, où les fans peuvent télécharger leur photo et une vidéo CGI de leur propre avion Ryanair avec leur nom et portrait. Le concours prend fin lundi 31 août à 21h00.

Robin Kiely, Responsable Communication de Ryanair, a déclaré: « nous sommes ravis d’avoir retenu l’attention d’un quart de million de fans dans les six semaines qui ont suivi notre entrée sur Facebook, le jour même du 30ème anniversaire de notre premier vol. Et nous avons hâte de proposer encore plus d’offres, de contenu et de jeux concours à nos fans. Trente fans chanceux auront un avion Ryanair à leur effigie ; jusqu’à présent, nous avons reçu des milliers d’inscriptions au concours ‘30 Noms 30 Avions’. Il est toujours temps d’y participer avant sa clôture le lundi 31 août et l’annonce des gagnants en septembre ».

air journal Ryanair 30 names Ryanair : progrès sur Facebook et concours en cours

http://www.air-journal.fr/2015-08-21-ryanair-progres-sur-facebook-et-concours-en-cours-5148834.html